Municipales à Marseille : Samia Ghali s'affiche au côté de Jean-Noël Guérini

En répondant à l'invitation de la candidate malheureuse à la primaire PS, le patron du conseil général des Bouches-du-Rhône en a profité pour tacler le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

L\'ex-candidate à la primaire socialiste à Marseille, Samia Ghali, et le président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, le 14 novembre 2013 dans les quartiers nord de Marseille.
L'ex-candidate à la primaire socialiste à Marseille, Samia Ghali, et le président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, le 14 novembre 2013 dans les quartiers nord de Marseille. (MAXPPP)

L'encombrant Jean-Noël Guérini fait irruption dans la campagne des municipales à Marseille. Après une primaire PS tendue qu'elle a perdue face à Patrick Mennucci, la sénatrice Samia Ghali a invité le président du conseil général des Bouches-du-Rhône, jeudi 14 novembre, dans les quartiers nord de la ville.

Durant la campagne des primaires, les autres candidats faisaient passer Samia Ghali pour "la candidate du système Guérini". Cette visite commune n'aura pas dissipé l'ambiguïté, bien au contraire.

"Si Mennucci n'est pas ami avec Guérini, c'est son problème"

"Je n'ai pas voté aux primaires, mais je peux le dire aujourd'hui, mon affection penchait pour Samia Ghali", a déclaré Jean-Noël Guérini, cité par Le Parisien. Trois fois mis en examen par la justice, notamment pour association de malfaiteurs, il promet de s'exprimer "prochainement, bien avant Noël, sur [sa] position en tant que responsable politique". Le patron du département en a profité pour tacler Jean-Marc Ayrault, venu la semaine dernière annoncer un plan de 3 milliards d'euros pour Marseille : "Je ne suis pas Papa Noël, moi. Je ne viens pas avec des milliards comme le Premier ministre !" a-t-il lâché, selon un journaliste de Libération sur place.

Samia Ghali, elle, assume sa proximité avec son collègue du Sénat. "Si Mennucci n'est pas ami avec Guérini, c'est son problème, pas le mien", siffle-t-elle. La semaine dernière, elle avait pourtant déclaré former "un couple politique" avec Patrick Mennucci. Le rassemblement doit encore faire ses preuves.