Cet article date de plus de neuf ans.

Pour la première fois, François Hollande évoque la possibilité d'un remaniement

Dans un entretien à Paris Match, le chef de l'Etat explique qu'un remaniement viendra "en son temps", que "personne n'est protégé"... mais qu'il a "besoin de tous".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Gonzalo Fuentes Reuters)

L'heure de vérité, estime Paris Match. L'hebdomadaire a été reçu à l'Elysée et en est ressorti avec cette confidence - pas franchement étonnante : un remaniement ministériel viendra "en son temps" . Le chef de l'Etat a précisé sa pensée mardi midi, à l'occasion d'une conférence de presse en compagnie du président polonais, qu'il recevait à l'Elysée : la question d'un remaniement est "pour l'instant sans actualité ".

Il n'empêche : c'est la première fois depuis le début de son quinquennat que François Hollande évoque ouvertement cette possibilité. "Personne n'est protégé dans le gouvernement. Personne n'a d'immunité" , explique-t-il à Paris Match. "Un jour, des choix et des aménagements auront à être faits. Mais j'ai besoin de tous" , détaille-t-il.

Avant de se perdre en conjectures, le président apporte son soutien au turbulent Arnaud Montebourg dans le dossier Dailymotion : "Il y avait un risque de perdre cette entreprise française" . Manuel Valls est aussi nommément cité : "il fait du bon travail. Reconnu comme tel par l'opinion publique" .

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.