Patrick Balkany mis en examen pour "corruption" et "blanchiment de fraude fiscale"

A la suite de sa convocation au pôle financier, mardi, le député-maire UMP de Levallois-Perret, Patrick Balkany, est mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de corruption".

Le député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, le 18 novembre 2013.
Le député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, le 18 novembre 2013. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Patrick Balkany, a été mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de corruption", à la suite de sa convocation au pôle financier de Paris, mardi 21 octobre. Après la notification de sa mise en examen, le député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) a déclaré à la presse qu'il n'avait "rien à se reprocher"

Les juges d'instruction Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon enquêtent sur un "schéma sophistiqué de fraude" monté à des fins d'évasion fiscale, selon les informations du Monde. Ce dernier aurait été élaboré à l'aide de sociétés écrans et de comptes offshore derrière lesquels se cacheraient les époux Patrick et Isabelle Balkany. Par ailleurs, "le cabinet d'avocats 'Claude et Sarkozy', dans lequel est associé l'ex-chef de l'Etat, paraît avoir prêté son concours juridique à ce montage illégal", affirme le quotidien. 

Des villas dans les îles et de juteuses commissions

Dans le volet fiscal, les juges enquêtent notamment sur les véritables propriétaires de deux villas où réside régulièrement le couple Balkany, à Marrakech et aux Antilles. Concernant cette deuxième maison, à Saint-Martin, Isabelle Balkany a admis devant les enquêteurs qu’elle en était propriétaire depuis 1997. Son avocat a déclaré que la villa avait été acquise avec des "fonds parfaitement licites" mais qu’elle n’avait "pas été régulièrement déclarée" et que l'"impôt sur la fortune (ISF) n’a pas été réglé". Elle a été mise en examen pour "blanchiment de fraude fiscale". Les enquêteurs soupçonnent aussi le couple d’être le véritable propriétaire d’une autre villa, à Marrakech (Maroc).

Mais les magistrats enquêteraient aussi, selon Le Monde, sur une commission de 5 millions de dollars (3,9 millions d'euros) reçue dans le cadre d'un contrat pour lequel Balakany aurait servi d'intermédiaire en Namibie, en 2008.

Dans le cadre de l’enquête, le cabinet d’avocats, dont Nicolas Sarkozy est un associé, a été perquisitionné le 21 mai. Le couple Balkany est très proche de l’ancien chef de l’État. Ancien directeur de cabinet du maire de Levallois-Perret, Jean-Pierre Aubry est également mis en examen dans ce dossier.