"Marée populaire" : la convergence des gauches

À l’initiative d’une soixantaine d’organisations, une "marée populaire" en opposition à la politique d’Emmanuel Macron s’est déroulée ce samedi 26 mai en métropole. Elle marque une convergence même si les chiffres de participation ne sont pas impressionnants.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Une manifestation pour dire non à la politique d’Emmanuel Macron. Un rassemblement au-delà des clivages partisans. Ce samedi 26 mai dans l’après-midi à Paris, les manifestants étaient entre 21 000 et 80 000 selon les comptages. Cheminots, infirmiers, ouvriers, étudiants et retraités ont défilé ensemble, unis par une même colère.  

Une participation historique de la CGT

À l’origine de cette convergence des luttes, une soixantaine d’organisations. Associations, partis de gauche, à l’exception du Parti socialiste, et syndicats, CGT en tête. Une alliance inédite, voire historique, puisque la centrale défilait pour la première fois depuis 20 ans, au côté des politiques.

Loin de la CGT et de Paris, le chef de file de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, a fait entendre sa voix sur ses terres politiques, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Depuis le vieux port, il s’est adressé au président de la République Emmanuel Macron. Même si les chiffres de participation ne sont pas impressionnants, les organisateurs de cette journée estiment qu’il s’agit d’un bon début.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des personnes participant à la \"marée populaire\", contre la politique d\'Emmanuel Macron, le 26 mai 2018 à Paris.
Des personnes participant à la "marée populaire", contre la politique d'Emmanuel Macron, le 26 mai 2018 à Paris. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)