Notre-Dame-des-Landes : une médecin choquée par les blessures des manifestants

Elle a écrit à la préfecture ainsi qu'aux parlementaires pour leur signaler la gravité des blessures qu'elle a soignées chez les opposants à l'aéroport après les heurts avec la police. 

Les forces de l\'ordre et les manifestants anti-aéroport s\'affrontent à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 24 novembre 2012. 
Les forces de l'ordre et les manifestants anti-aéroport s'affrontent à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 24 novembre 2012.  (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

NOTRE-DAME-DES-LANDES - "Onze blessures par flashball", "six blessures par explosions de bombes assourdissantes"… La liste des soins réalisés par le Dr Stéphanie Lévêque, medecin généraliste en Loire-Atlantique, aux manifestants blessés dans les affrontements avec les forces de l'ordre à Notre-Dame-des-Landes est longue et impressionnante. Inquiète de ce qu'elle a vu les samedi 24 et dimanche 25 novembre, elle a décidé d'écrire au préfet ainsi qu'aux parlementaires du département. 

"En ma qualité de médecin, je souhaite attirer votre attention sur la gravité des blessures infligées par l’utilisation des armes des forces de l’ordre et cela en dehors de toute considération partisane", explique Stéphanie Lévêque. Et de lister consciencieusement, photos à l'appui, ses interventions "les plus graves" au cours des deux jours où elle s'est portée volontaire à l'infirmerie des opposants au projet d'aéroport. 

Au passage, elle s'insurge contre le long délai entre les appels de son collègue et l'arrivée des pompiers : "L’ambulance a été retardée par les barrages des forces de l’ordre, ce qui est inadmissible." "Nous devons organiser un cortège pour escorter les pompiers jusqu'au lieu de l'incident. C'est pour cela que cela a pris du temps", répond de son côté la préfecture, interviewée par L'Express, qui relaie l'information.