Notre-Dame-Des-Landes : les lésions du manifestant blessé par une grenade "confortent les constatations faites par les gendarmes"

Le parquet général de Rennes indique que "la nature et la localisation des lésions" du jeune homme qui a eu la main droite arrachée par l'explosion d'une grenade lacrymogène mardi sur la ZAD "confortent les constatations faites par les gendarmes".

Véhicules de gendarmerie, Notre-Dame-des-Landes, 18 mai 2018.
Véhicules de gendarmerie, Notre-Dame-des-Landes, 18 mai 2018. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

"La nature et la localisation des lésions" du jeune homme de 21 ans qui a eu la main droite arrachée par l'explosion d'une grenade lacrymogène mardi 22 mai sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) "confortent les constatations faites par les gendarmes", indique le procureur général près la cour d'appel de Rennes dans un communiqué mercredi soir.

Ces lésions "semblent, en revanche, être incompatibles avec l'hypothèse avancée par certains selon laquelle il aurait été blessé alors qu'il tentait de fuir", ajoute le parquet.

Le jeune homme de 21 ans, qui a dû être amputé de la main droite, a été examiné mercredi par un médecin légiste. Une incapacité totale de travail a été fixée à quatre mois.

Une enquête a été ouverte et l'inspection générale de la gendarmerie a été saisie. Les zadistes s'opposent à la version selon laquelle le manifestant blessé aurait attrapé la grenade pour la renvoyer vers les forces de l'ordre.