Notre-Dame-des-Landes : la sortie de crise pourrait s'inspirer du Larzac

La situation à Notre-Dame-des-Landes rappelle le Larzac dans les années 70. Après l'abandon d'un projet militaire, l'État avait cédé les terres à ceux qui avaient choisi d'y vivre.

France 3

Causses du Larzac. Derrière les mots, la colère gronde. L'armée vaut accaparer un immense territoire sans négociation. Pour les paysans, c'est la vente ou l'expulsion. La riposte s'organise. 103 agriculteurs prêtent serment de ne pas vendre leurs terres. Les convois militaires sont bloqués, les expertises menées par la justice perturbées. Les manifestations se multiplient. Roulant vers Paris, les tracteurs sont bloqués à Orléans.

Une cause devenue nationale

L'écho de la résistance dépasse largement le Larzac, qui devient une cause nationale. Pendant une décennie, syndicalistes, antimilitaristes, salariés en lutte se retrouvent par dizaines de milliers sur les Causses. En juin 1981, François Mitterrand, élu président, met fin au projet d'extension. Après cinq ans de négociations, l'État accepte de confier les hectares déjà achetés à la Société civile des terres du Larzac créée par les fermiers. Pour José Bové, acteur de la lutte du Larzac, cette sortie de crise pourrait servir d'exemple pour la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Après 50 ans de blocage, dans le bocage nantais, il faudra commencer par réapprendre à se parler.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le plateau du Larzac
Le plateau du Larzac (GUY CHRISTIAN / HEMIS.FR / HEMIS.FR)