"En vingt ans de carte de presse, je n'ai jamais vu ça !" : à Notre-Dame-des-Landes, les journalistes coincés entre zadistes et gendarmes

Les opérations d'expulsions ont débuté lundi matin sur la ZAD. Ecartés par les forces de l'ordre, des journalistes témoignent de leurs difficultés à travailler.

Des manifestants lors de l\'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 9 avril 2018.
Des manifestants lors de l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 9 avril 2018. (LOIC VENANCE / AFP)

"Les zadistes veulent nous chasser ; les gendarmes ne veulent pas qu'on soit là", résume Clément Le Goff, journaliste à France 2, présent lors de l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame des Landes, lundi 9 avril. "C'est compliqué de tourner car on est les bienvenus d'aucun côté."

>> Evacuation de Notre-Dame des Landes : suivez notre direct

Depuis le petit matin et le début de l'opération d'expulsion des occupants illégaux de la ZAD, de nombreux journalistes sur place font part de leurs difficultés à faire leur travail. Les forces de l'ordre bloquent tout accès pour des raisons de "sécurité" et certains zadistes refusent la présence des caméras et des journalistes.

Des difficultés pour accéder à la ZAD 

Arrivé dès 4 heures avec son équipe, Pacome Le Mat, correspondant dans l'Ouest pour France 2, a été contraint d'effectuer un détour de plus d'une heure pour pouvoir accéder à la ZAD, en raison de la fermeture de la D281 (appelée la "route des chicanes"). "On est arrivés par le nord, mais on a été contrôlés près de quatre fois. A chaque fois qu'on croisait un militaire on nous disait de partir pour des 'raisons de sécurité', ils ne veulent pas de journalistes seuls, décrit le reporter. On a dû marcher deux kilomètres dans la pénombre pour trouver un point d'entrée." 

Dans le noir, sur un chemin boueux et dans le froid, l'équipe a finalement réussi à trouver un chemin de traverse pour entrer dans la ZAD, mais a de nouveau été stoppée par une équipe de gendarmes. "Ils nous ont laissé travailler cette fois-ci, mais en vingt ans de carte de presse, je n'ai jamais vu ça !" s'exclame Pacome Le Mat. Reporter pour RT France, Jonathan Moadab a aussi dû faire un détour pour accéder à la ZAD. "On avait peur de croiser les gendarmes qui nous auraient dit de faire demi-tour, alors on est passés à travers champs pour rallier la ZAD. Depuis, on n'a plus de problème", raconte le photographe.

Après avoir traversé un bois, Clément Le Goff et son équipe se sont retranchés dans un "spot", qui permet de voir l'avancée des expulsions côté zadistes et forces de l'ordre. "Pendant près de quatre heures, ils se sont affrontés sans faire attention à nous. Maintenant, il y a une sorte de trêve", décrit le journaliste.

Il y a des fronts. Ni les uns ni les autres ne veulent qu’on soit témoins.Clément Le Goffà franceinfo

Il faut dire que la situation est particulièrement tendue. L'opération risque de durer plusieurs jours et vise à déloger "une centaine" de personnes et à démanteler une quarantaine d'édifices. Invité d'Europe 1, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a affirmé que les forces de l'ordre resteraient sur place "tant qu'il sera nécessaire" et qu'il fallait que "la loi se réinstalle".

Jets de gaz lacrymogène et de pierres

Equipés d'engins de terrassement et de camions de déménagement, les forces de l'ordre ont commencé à détruire les implantations autour de la route, en particulier le mirador où les zadistes avaient l'habitude de faire le guet. Des affrontements ont éclaté entre les habitants et les forces de gendarmerie mobiles, déployées en masse sur le site. Les gendarmes ont tiré des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes. Les manifestants ont répliqué par des tirs de projectiles.

Selon certains journalistes, des zadistes ont rapporté vers le "front" des munitions (cailloux, projectiles) qu'ils avaient cachées dans les champs. "On savait que ça serait agité, on est venus équipés, témoigne Jonathan Moadab de RT France, je suis venu avec du matériel, un masque à gaz et un casque. Avec tout ce qu'on a vécu lors des manifestations pour la loi Travail, ce n'est pas plus violent que ça." 

"On a vu une centaine de manifestants cagoulés qui lançaient des pierres, des cocktails Molotov contre la police, reprend Clément Le Goff. Il y a un moment, on ne voyait plus rien, il y avait une énorme brume de lacrymogène." Dans cette ambiance de "défense des territoires", une minorité de zadistes rejette la présence de journalistes. "Une personne m'a pris en grippe, a balancé mon téléphone par terre et a essayé de me jeter dans un ruisseau, décrit Jonathan Moadab. Mais 95% des zadistes nous laissent travailler. La très grande majorité est agréable." 

On réussit quand même à faire notre travail. Les zadistes tolèrent notre présence mais certains peuvent s’énerver quand on filme un peu trop près.Pacome Le Matà franceinfo

Le ministère propose de fournir des images

Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur a encouragé les journalistes à se tenir à l'écart de la zone d'expulsion et à rester dans une "zone presse", toujours pour des raisons de "sécurité". Le gouvernement a proposé de mettre à disposition ses propres images, suscitant l'indignation des journalistes. "C'est assez surprenant pour un Etat démocratique d'empêcher les journalistes de voir ce qu'il se passe ici", lance Jonathan Moadab.

Sur place, une dizaine de gendarmes filme les évacuations. "Ils portent des caméras sur des trépieds, ils ont du gros matériel, pas de GoPro ou des portables, décrit Pacome Le Mat. Ils ont le droit d'aller où ils veulent, ils sont derrière le cordon des CRS. Ils sont équipés de jambières, casques, visières..." Selon un témoignage recueilli par franceinfo, plusieurs gendarmes portent des dossards "presse". Une information toutefois démentie par la gendarmerie sur Twitter. Contactée vendredi 13 avril par franceinfo, Dominique Pradalié du syndicat national des journalistes (SNJ), indique avoir reçu le signalement de deux journalistes faisant état de "certains hommes des forces de l'ordre portant des dossards presse".

La gendarmerie filme les visages des manifestants et des journalistes.Pacome Le Matà franceinfo

"On peut quand même filmer, mais pas dans les mêmes conditions que les gendarmes, déplore Clément Le Goff. Eux, peuvent filmer de près, s'approcher. Nous la difficulté est d'assister à tout pour voir et essayer de comprendre. C'est dur d'être témoins et indépendants." Malgré ces difficultés, les journalistes estiment avoir assez d'images pour que les documents du ministère ne soient pas utilisés. "Mais on n'a pas la main sur ce que les rédactions vont prendre à Paris, précise Jonathan Moadab.