Cet article date de plus de dix ans.

NKM visée par une plainte en diffamation

Olivier Thomas, candidat malheureux aux législatives dans l'Essonne, veut porter plainte contre son adversaire UMP pour des propos "mensongers".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nathalie Kosciusko-Morizet dans son bureau parisien, pendant la campagne présidentielle, le 27 mars 2012. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Le maire socialiste de Marcoussis (Essonne), Olivier Thomas, a annoncé mercredi 4 juillet son intention de porter plainte contre Nathalie Kosciusko-Morizet. Battu aux législatives dans la 4e circonscription de l'Essonne face à l'ancienne ministre UMP, il lui reproche des propos "mensongers" concernant le soutien du FN à sa candidature.

Lors des élections, NKM était sur la liste noire de Marine Le Pen, parmi huit candidats à abattre. Dans son cas, la présidente du FN avait explicitement appelé à voter pour le PS. Pendant une campagne très tendue, NKM avait alors accusé Olivier Thomas de ne pas repousser ce soutien encombrant, ce qu'il avait démenti.

NKM n'est pas inquiète

Olivier Thomas a expliqué mercredi que NKM continuait depuis "à proférer dans les médias des propos diffamatoires à [son] encontre. Ainsi, ce matin sur les ondes de France Inter, [elle] a affirmé qu'[il] n'avai[t] que 'très tardivement, dans un timide communiqué, dénoncé le soutien du FN'". Il s'agit, selon lui, d'"un honteux mensonge dont le seul but est de se victimiser et de créer une ambiguïté qui n'existe pas".

Contactée par l'AFP, Nathalie Kosciusko-Morizet a relativisé l'annonce de cette plainte. "Les électeurs ont tranché, y compris des électeurs de gauche qui ont été écœurés, a-t-elle dit. C'est très ordinaire ce genre de conflit autour des élections."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.