Cet article date de plus de neuf ans.

Nicolas Sarkozy et Florange, bis : "Qu'est-ce que j'en ai à foutre ?"

Au cours de son déplacement dans la Marne, Nicolas Sarkozy a sans doute été interrogé une fois de trop sur les incidents entre salariés d'Arcelor Mittal et les forces de l'ordre. Au journaliste qui évoquait l'utilisation de gaz lacrymogènes, le président-candidat a répondu : "Qu'est-ce que j'en ai à foutre de ce que vous me dites ?", avant de lancer : "Couillon, va !"
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

La venue à Paris de plusieurs dizaines de salariés d'Arcelor Mittal aura un peu gâché la journée de Nicolas Sarkozy : ce matin, le président-candidat a quitté son QG de campagne avant que les métallurgistes ne tentent de s'en approcher. Ces derniers se sont alors heurtés aux forces de l'ordre, et ont été repoussés à coup de gaz lacrymogènes.

Cet après-midi, alors qu'il était en déplacement dans la Marne, Nicolas Sarkozy a bien sûr été interrogé sur ces incidents. Il a répondu une première fois (voir ci-contre), en estimant que les forces de l'ordre n'avaient fait que leur métier, et que "les vrais salariés de Florange " étaient les bienvenus à l'Elysée.
Une autre question sur le même sujet a sans doute été la question de trop, au goût du président sortant : "Qu'est-ce que j'en ai à foutre, de ce que vous me dites ? " s'est-il borné à répondre. Avant de lancer au (jeune) journaliste : "Couillon, va ! "

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.