Nicolas Hulot a démissionné après avoir demandé des garanties sur un "minimum de moyens" sur "une dizaine de points" et ne pas voir eu "de réponse"

L'ancien ministre de la Transition écologique, invité de France Inter, mercredi 6 mai, révèle avoir adressé ces demandes "par écrit" à Emmanuel Macron et Édouard Philippe. 

Article rédigé par
avec France Inter - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Hulot était l'invité de France Inter mardi 28 août dans la matinale de Léa Salamé et Nicolas Demorand. (ANNE AUDIGIER - RADIO FRANCE)

Nicolas Hulot lève un petit voile, mercredi 06 mai, sur les raisons qui l'ont amené à démissionner du poste de ministre de la Transition écologique et solidaire, le 28 août 2018. Piqué par une question d'un auditeur de France inter, il explique les conditions qui ont précédé cette démission. "24 heures ou 48 heures avant de prendre cette décision qui m'a beaucoup coûté, j'ai, par écrit, demandé au Premier ministre et au président de la République de me garantir, sur une dizaine de points, d'avoir le minimum de moyens pour imprimer et opérer le début d'une transition écologique irréversible", indique Nicolas Hulot.

Il choisit alors de démissionner après n'avoir "pas eu la réponse à ce minimum de moyens", ou "la certitude et la conviction" qu'il ne pourrait "opérer cette transition""Ce n'était pas de la désertion", assure-t-il. "Si j'étais resté 24 heures de plus, alors la responsabilité, la mienne : je m'accommodais d'une simple posture"

Je ne suis parti que quand j'ai eu la certitude absolue que les conditions n'étaient pas réunies pour se mettre en situation d'atteindre les objectifs qui étaient nécessaires.

Nicolas Hulot

à France Inter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.