VIDEO. Copé : "Je vais cesser mes activités d'avocat"

Douze jours après les annonces de François Hollande sur la moralisation de la vie publique et la lutte contre les conflits d'intérêts, le président de l'UMP entend se consacrer "exclusivement" à la politique.

RTL

"A titre personnel, j'ai pris la décision de me consacrer maintenant exclusivement à ma mission au service de ma famille politique, de mon pays, je vais donc cesser mes activités d'avocat." C'est l'engagement pris par Jean-François Copé, lundi 22 avril au micro de RTL. Le président de l'UMP a fait cette annonce à deux jours de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi sur la moralisation de la vie politique.

Malgré l'abandon de sa casquette d'avocat, le député-maire de Meaux voit cette mesure d'un mauvais œil. "Ce serait une grave erreur d'interdire la possibilité pour les parlementaires d'exercer s'ils le souhaitent des professions", a-t-il estimé. "L'Assemblée nationale ne peut pas être hors sol." Après avoir été épinglé en 2010 par Martin Hirsh dans son ouvrage Pour en finir avec les conflits d'intérêts (Stock), Jean-François Copé, avait annoncé quitter ses fonctions au sein du cabinet d'avocats d'affaires (Gide-Loyrette-Nouel), rappelle Le Monde. "Néanmoins, l'avocat-député a souligné qu'il entendait bien continuer son activité de conseil... individuellement", pointait alors le quotidien.

Dans le cadre de son plan pour moraliser la vie politique, annoncé il y a douze jours, après l'affaire Cahuzac, François Hollande a indiqué que, pour prévenir tout conflit d'intérêt, l'exercice d'un mandat parlementaire serait à l'avenir incompatible avec certains métiers. La profession d'avocat figure parmi celles visées. Or à ce jour, 35 députés sont avocats, parmi lesquels Jean-François Copé.

Le président de l\'UMP, Jean-François Copé, le 17 avril 2013 à Tel Aviv (Israël).
Le président de l'UMP, Jean-François Copé, le 17 avril 2013 à Tel Aviv (Israël). (JACK GUEZ / AFP)