Cet article date de plus de quatre ans.

L'ONG Transparency International adresse onze recommandations aux candidats de la présidentielle pour assainir la politique

L'ONG Transparency International France propose jeudi une série de recommandations pour amener davantage de transparence et d'éthique dans la vie politique.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'hemicycle lors des questions au gouvernement a l'Assemblee Nationale, en février 2017. (MAXPPP)

L'association Transparency International France, qui lutte contre la corruption, propose jeudi 9 février, 11 recommandations pour amener davantage de transparence et d'éthique dans la vie politique.

Laurène Bounaud, déléguée générale de Transparency International France, explique sur franceinfo que la série de propositions va être envoyée aux candidats à la présidentielle. Il s'agit notamment de "limiter le cumul de mandats" et de "publier les frais de mission" des parlementaires.

franceinfo : L'une des recommandations concerne la publication des frais de mission. Ce n'est pas déjà le cas, avec l'IRFM (indemnité représentative de frais de mandat) ?

Laurène Bounaud : Non, pas du tout. Les parlementaires, par exemple, disposent d'une enveloppe de frais de mission de 5 805 euros brut. Il existe des indications sur l'utilisation de ces fonds, des interdictions aussi. Or, il n'y a aucun contrôle, aucune transparence sur cette enveloppe. Quelques-uns publient ces frais de mission spontanément, mais ils sont trop peu. C'est le moment de changer les choses.

Vous recommandez de limiter dans le temps le cumul des mandats, et d'appliquer les textes de loi existants.

Les textes ne sont pas appliqués, et c'est global à l'Europe, d'ailleurs, hormis l'Italie où les maires de collectivités de plus de 3 000 habitants ne peuvent pas faire plus de deux mandats consécutifs. 

Selon un sondage*, 54% des Français pensent que les politiques sont corrompus. Pensez-vous que l'on est moins corrompu quand on reste moins longtemps au pouvoir ?

Des dérives clientélistes ont déjà été soulignées par le service central de prévention de la corruption. Il y a plus de risques, après un mandat, d'être condamné pour atteinte à la probité. Limitons ces dérives clientélistes, mais permettons aussi un véritable renouvellement de la classe politique. On voit une déconnexion entre les attentes des citoyens et des pratiques encore un peu vieillottes. Cela participe à nourrir ce sentiment d'impunité. Alors que, finalement, on voit aussi émerger de nouvelles générations d'élus qui, eux, intègrent complètement ces questions de transparence et d'éthique. Il en faut plus aujourd'hui.

La publication des propositions est lancée. Qu'attendez-vous en retour ?

Nous allons envoyer ces recommandations aux candidats. Nous allons leur demander de prendre des positions fermes et, ensuite, nous ferons un bilan à un mois du premier tour, sur toutes leurs réponses.

*Sondage Harris Interactive pour Transparency International France et Tilder publié en octobre 2016.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moralisation de la vie politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.