Kayaks de Joly, fauteuil de Montebourg : les détails piquants des déclarations de patrimoine

Depuis quelques jours, les déclarations de patrimoine des ministres et élus pleuvent. Certaines sont un trésor de précision.

Eva Joly, alors candidate Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, fait du kayak dans les calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 9 septembre 2011.
Eva Joly, alors candidate Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, fait du kayak dans les calanques de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 9 septembre 2011. (BORIS HORVAT / AFP)

"Moralisation de la vie politique" oblige, les déclarations de patrimoine des ministres et autres élus se voulant exemplaires pleuvent depuis lundi 8 avril. Les règles de ce nouvel exercice, rendu obligatoire pour les membres du gouvernement, n'étant pas encore clairement définies, certains rivalisent de détails dont on se demande s'ils intéressent le citoyen français moyen. Petit passage en revue.

Le fauteuil d'Arnaud Montebourg

Dans un entretien au Monde, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, révèle ainsi qu'il détient un fauteuil Charles Eames, signature très prisée des amateurs de design, "acheté pour 28 000 francs" (environ 4 200 euros) - le ministre ne précise pas quand.

François Mitterrand avait lui aussi un fauteuil Charles Eames (à g.) Il a été vendu aux enchères le 26 octobre 2004 à Paris.
François Mitterrand avait lui aussi un fauteuil Charles Eames (à g.) Il a été vendu aux enchères le 26 octobre 2004 à Paris. (HADJ / SIPA)

La 4L de Cécile Duflot

La ministre du Logement, Cécile Duflot, prend elle aussi bien soin de mentionner la valeur de ses meubles dans sa déclaration, publiée conjointement avec d'autres membres d'Europe Ecologie-Les Verts (EE-LV).

Mais c'est dans la catégorie voiture que la ministre manifeste un zèle certain : ayant d'abord déclaré une Twingo de 1999, elle a pris soin de demander "par courrier en date du 4 avril 2013" l'ajout sur sa déclaration d'une Renault 4L "achetée 10 000 francs au 1er janvier 2000" (environ 1 500 euros).

Les kayaks d'Eva Joly

La palme de l'originalité revient sans doute à Eva Joly, qui s'ennorgueillit d'avoir déclaré "jusqu'à ses kayaks". Mais attention, "ils valent chers parce qu'ils sont en carbone", précise la députée européenne EE-LV, en pointe sur la transparence.