Minute par minute : les temps forts du débat

Au fil des propos, les principaux moments du troisième et dernier débat de la primaire socialiste, à quatre jour du premier tour des "primaires citoyennes"

Le plateau du débat
Le plateau du débat (BFM)

Au fil des propos, les principaux moments du troisième et dernier débat de la primaire socialiste, à quatre jour du premier tour des "primaires citoyennes"

-20h30 : Les quatre hommes sont entourés par les deux candidates, à gauche Martine Aubry, à droite Ségolène Royal

-20h39 : Débat sur l'Europe. Martine Aubry réagit sur le fait qu'il est difficile de faire quelque chose face à une Europe de droite: "on a qu'à aller se coucher alors". "Faudra prendre l'Europe telle qu'elle est", renchérit Hollande qui annonce, en cas d'élection, une tournée en Europe et avec Angela Merkel qui sera au pouvoir jusqu'en 2013. "L'Allemagne a fait des efforts qui ont couté cher, des réformes faites sous le gouvernement de gauche Schröder", rappelle Valls.

-20h41 : Joffrin lance une question sur l'ISF en Europe. Royal ne répond pas sur l'harmonisation fiscale mais sur le besoin d'harmonisation "sociale". Je veux des "Etats Unis d'Europe" lance l'ancienne candidate.

-20h43 : "mon programme sera socialiste" affirme Hollande, en référence à la phrase de Jospin en 2002.

-20h45 : "on ne pourra pas battre une droite dure, si on est une gauche molle", affirme Martine Aubry.

-21h04 : "nous sommes tous des notables" s'amuse Ségolène Royal après une question de Joffrin sur ce thème à François Hollande.

-20h50: Valls confirme son qualificatif de "gauche démagogique" qu'il a attribué à Royal et à Montebourg. "Quand on dit qu'on va démondialiser et qu'on va mettre les banques sous tutelle", il y a un débat explique-t-il. "Mon programme qui va plus loin que le projet socialiste" est difficile répond Montebourg. 'En une semaine nous venons de perdre Dexia, 100 milliards d'euros", affirme Montebourg.

-20h55 : "je serai un chef d'état qui a le courage d'agir", explique Ségolène Royal. "Je ferai de la France la première puissance écologique d'Europe", ajoute-t-elle. "Etre socialiste, c'est avoir une volonté de réforme" et de donner l'exemple de sa volonté d'interdire les licenciements boursiers.

-20h59 : Aubry embraye et approuve les propositions de Royal.

-21h02 : "Je n'approuve pas ce message", affirme Montebourg après les affirmations de Valls critiquant la volonté de créer des taxes ou d'entraver le marché du travail.

-21h08 : "Ne revenons pas vers une économie administrée", dit Baylet, qui se présente comme entrepreneur.

La retraite

-21h16 : En 2012, quel sera l'âge de la retraite, demande Gilles Leclerc. "Dans le projet socialiste, nous sommes d'accord pour revenir à la retraite à 60 ans", dit Montebourg. "Il y aura une nouvelle loi", ajoute-t-il. Il met en avant ceux qui ont commencé à travailler très tôt; les carrières des femmes et la pénibilité. Baylet fait valoir sa différence en ventant la retraite par points du système suédois. "Gardons nous de vaines promesses", affirme-t-il.

-21h22 : Retraite: "je vais être très précis. Ceux qui ont fait 41 années doivent partir à 60 ans", affirme François Hollande qui, reprenant les critiques de Montebourg, promet une réforme de la loi Fillon en 2012. Puis il annonce en 2013, une réforme des retraites et notamment de ses financements.

-21h25 : Aubry rappelle qu'en Allemagne "dès qu'on a 37 ans de cotisations, on peut partir à la retraite" et que l'âge actuel moyen réel de départ est le même en France et en Allemagne à 62 ans. Elle explique les ressources prévues par la gauche pour payer les retraites: "durée des cotisations, augmentation des cotisations et taxations de certains revenus (stock options).

-21h29 : "un candidat qui dit la vérité, c'est un président qui ne déçoit pas", affirme Valls sur cette question et qui ajoute "revenir en arrière, non". Mais il précise vouloir un système à la carte, par points en luttant contre les principales inégalités. "Je ne ferai pas croire aux Français, qu'on reviendra à la retraite à 60 ans".

-21h31 : " le retour de la retraite à 60 ans sera inscrite au premier conseil des ministres que je présiderai", affirme Ségolène Royal.

La santé

-21h34 : Montebourg dénonce la désertification médicale dans certaines régions. "Je propose qu'à la fin des années d'études de médecine" il faudra imposer des implantations dans certaines régions. "La liberté d'établissement (des médecins) ne peut pas nuire à l'égalité des territoires". Martine Aubry approuve Montebourg en disant que les mesures incitatives ne marchent pas. "Il faudra des commissions qui disent (aux jeunes médecins) que vous pouvez ou ne pouvez pas vous installer là".

-21h45 : "La situation est extrêmement grave en matière de sante. J'aimerais qu'on expérimente des dispensaires où les médecins seraient salariés", affirme Ségolène Royal qui soulève la question des médicaments inutiles. "Un médicament inutile, on le retire. Nous avons 5000 médicaments", lance Montebourg. Hollande: "Pour l'hôpital, il faut une réforme de la tarification. Pour la médecine, il y a la désertification, pas seulement en milieu rural. Il faut réformer la tarification du généraliste. Pour les spécialistes" il faut mettre un terme aux dépassements d'honoraires.

L'école

-21h59 : Ségolène Royal : "l'école s'est dégradée. Lors du premier conseil des ministres, il faudra geler les suppressions de postes" prévue dans le budget. Je rendrai l'année de formation aux enseignants et il y aura de l'aide gratuite aux devoirs assurée par des étudiants". "Avec moi les enfants n'iront pas à l'école avec la peur au ventre", ajoute-t-elle. "Il y a eu 100.000 postes supprimés dans l'éducation. Il faudra un plan pluriannuel pour voir là où il faut réimplanter des postes".

-22h07 : Montebourg propose la création de petits groupes pour sortir les enfants de l'échec scolaire: changements dans les rythmes, création d'équipes pédagogiques. J'approuve le message de la réembauche de professeurs.

-22h11 : échange à fleuret moucheté Hollande-Aubry sur la proposition de Hollande d'embaucher des enseignants qui propose un 'bouclier scolaire". "Ce n'est pas aussi simple que ça", lance Aubry à Hollande à propos de la volonté de Hollande de supprimer les redoublements.

-22h19 : Valls parle des "jeunes beurs et des jeunes blacks" qui vont en Angleterre pour valoriser leurs diplômes.

Les banlieues

-22h20 : "La République a quitté ces territoires" affirme Montebourg. Les "emplois d'avenir" du projet socialiste vont nous aider." Ségolène Royal espère que les banlieues qui avaient voté en 2007 iront voter en 2012. "Les banlieues ne sont pas un problème, mais une partie de la solution". Des bourses "désirs d'entreprendre" pour les banlieues.

-22h26 : François Hollande: "quand l'idée laïque n'a plus de sens dans un quartier, c'est l'idée religieuse" qui s'implante. Dans les quartiers populaires, il y a un chômage de 40% chez les jeunes. Baylet: "la république n'est plus présente dans ces territoires. C'est la sécurité le premier devoir de la république".

-22h35 : En fin de débat, Baylet: nous n'avons pas parlé de ruralité, d'agriculture...regrette-t-il.

-22h37: Montebourg : "je veux être un président bâtisseur. Nous aurons besoin d'un Etat fort. C'est le sens du projet de VIe République".

- 22h40 : "pourquoi vous choisir" ?

Baylet : "des solutions pragmatiques",

Montebourg : "tenter des solutions nouvelles"

Royal : "je je réparerai les solidarités"

Hollande : "choix de la continuité ou choix du changement".

Aubry : "porter un changement profond"

Valls : "le chemin du respect et de la vérité"