Cet article date de plus de neuf ans.

Ministre des Sports, David Douillet réclame 25 000 euros à Eva Joly pour diffamation

En septembre 2009, Eva Joly accusait David Douillet de posséder des comptes dans un paradis fiscal. L'avocat du ministre des Sports a réclamé jeudi, devant le tribunal correctionnel de Paris, 25 000 euros de dommages et intérêts à Mme Joly.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
David Douillet poursuit Eva Joly pour diffamation (AFP)

En septembre 2009, Eva Joly accusait David Douillet de posséder des comptes dans un paradis fiscal. L'avocat du ministre des Sports a réclamé jeudi, devant le tribunal correctionnel de Paris, 25 000 euros de dommages et intérêts à Mme Joly.

Le 23 septembre 2009, France Inter avait diffusé un montage de propos qu'avait tenus Eva Joly lors d'une conférence de presse. Elle y décrivait notamment David Douillet, actuel ministre des Sports, comme "l'heureux détenteur de comptes au Liechtenstein."

Deux mois plus tard, M. Douillet avait porté plainte contre celle qui deviendra la candidate à la présidentielle d'Europe-écologie-Les Verts (EELV) ainsi que contre France Inter pour diffamation. Aujourd'hui, l'ancien judoka réclame 25 000 euros de dommages et interêts.

"On demande un centime par auditeur", a justifié Me Philippe Blanchetier. "Eva Joly n'est pas un petit blogueur, mais un ancien juge d'instruction, elle sait la portée qu'on peut accorder à de tels propos", a t-il insisté. A ses yeux, l'accusation de l'ancienne magistrate était "personnelle" et "illégitime".

"Légitime à le dire"

"Eva Joly n'a fait que reprendre des propos poursuivis vainement par M. Douillet devant la justice. Elle était donc légitime à le dire", a plaidé pour l'avocat de l'écologiste, Me William Bourdon.

Il faisait référence à une procédure en référé engagée en 2008 par M. Douillet contre le site Bakchich.info qui avait accusé le député UMP de figurer sur une liste de présumés exilés fiscaux au Liechtenstein. David Douillet avait été débouté.

Depuis, Bakchich.info a été condamné au fond. Le 7 janvier 2011, le tribunal de grande instance de Nanterre a ainsi condamné deux journalistes du site d'informations en ligne à verser 20 000 euros de dommages et intérêts à M. Douillet. Le site a fait appel.

Décision le 8 décembre

Pour la défense de France Inter, Me Basile Ader a estimé que "le fait même qu'elle ait dit ça dans une conférence de presse était en soi une information", que la radio se devait de diffuser. Le PDG de Radio France, Jean-Luc Hees avait jugé les poursuites illégitimes. Juridiquement responsable, il était présent au tribunal.

La 17e chambre correctionnelle rendra sa décision le 8 décembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.