Migrants de Calais : le gouvernement britannique propose les barrières du sommet de l'Otan pour sécuriser le port

La Grande-Bretagne propose de donner au port de Calais les barrières de sécurité utilisées pour protéger le sommet de l'Otan à Newport afin d'empêcher les clandestins de rejoindre le Royaume-Uni. 

Des migrants attendent près du port de Calais (Pas-de-Calais), le 5 septembre 2014. 
Des migrants attendent près du port de Calais (Pas-de-Calais), le 5 septembre 2014.  (DENIS CHARLET / AFP)

Le secrétaire d'Etat britannique à l'Immigration, James Brokenshire, a annoncé dimanche 7 septembre donner au port de Calais (Pas-de-Calais) les barrières de sécurité utilisées pour protéger le sommet de l'Otan à Newport afin d'empêcher les clandestins de rejoindre le Royaume-Uni. 

Entre 1 200 et 1 300 immigrants sont présents à Calais, un chiffre qui a fortement augmenté avec une hausse des arrivées de clandestins en Méditerranée. La plupart de ces immigrants sont des Erythréens, des Soudanais ou des Somaliens qui cherchent à gagner l'Angleterre et ne veulent pas demander l'asile en France. En août, des rixes entre immigrants, essentiellement provenant d'Afrique de l'Est, avaient éclaté près du port qui attire des milliers de candidats à l'immigration. 

"Nous allons offrir à nos partenaires français les barrières de sécurité qui ont été utilisées pour protéger le sommet de l'Otan à Newport", au Pays de Galles, en fin de semaine dernière, a déclaré au Telegraph (article en anglais) le secrétaire d'Etat. "Elles peuvent remplacer ou prolonger des barrières inadaptées à Calais, qui sont trop faciles à escalader pour les immigrés clandestins", a-t-il ajouté.

"Bloquer le port"

Mais "je veux envoyer un message très clair aux gens des deux côtés de la Manche : le Royaume-Uni n'est pas laxiste en ce qui concerne l'immigration clandestine", a-t-il dit. "Il est évident que c'est aux Français de maintenir la sécurité et l'ordre sur leur propre sol. Mais nous voulons faire ce que nous pouvons pour aider", a-t-il encore fait valoir.

La maire de Calais, Natacha Bouchart, a menacé mardi dernier de bloquer le port de sa ville si Londres ne l'aidait pas à résoudre le problème de la présence de centaines d'immigrants désireux de rallier l'Angleterre. "Je peux prendre la décision de bloquer le port (...) Je peux engager des pressions", a déclaré Natacha Bouchart à l'issue d'une rencontre à Paris avec le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. "Ce serait illégal", a-t-elle reconnu, "mais je veux aujourd'hui un geste fort des Britanniques." Bernard Cazeneuve, qui était vendredi à Londres, avait notamment demandé aux Britanniques de "participer financièrement à la sécurisation du port", selon une source au ministère.