Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault proposent Harlem Désir pour la tête du PS

Le numéro 2 du PS serait secondé par Guillaume Bachelay, ont proposé la première secrétaire sortante et le Premier ministre. 

(© STEPHANE MAHE / REUTERS / X02520)

POLITIQUE - L'actuelle première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ont choisi mercredi 12 septembre de soutenir la candidature d'Harlem Désir, numéro 2 du PS, au poste de premier secrétaire du parti.  "Guillaume Bachelay en sera le numéro deux", ont indiqué conjointement le Premier ministre et la Première secrétaire.

Harlem Désir sera donc le premier signataire de la motion présentée par le duo Aubry-Ayrault au prochain congrès du parti. "Si les militants y adhèrent le 11 octobre, et votent pour notre candidat le 18 octobre, Harlem Désir sera le Premier secrétaire du Parti socialiste conformément à nos règles." Ce vote ne devrait être qu'une formalité : il y a fort à parier que cinq mois après l'élection de François Hollande, les 175 000 adhérents du PS se prononceront pour la motion Aubry-Ayrault et son premier signataire.

Un ticket avec Guillaume Bachelay

Dès mardi soir, plusieurs médias indiquaient que la candidature d'Harlem Désir avait été préférée à celle de Jean-Christophe Cambadélis et que le nom du candidat serait officiellement annoncé mercredi, après un dernier contact téléphonique entre les deux responsables. L'éditorialiste politique Michaël Darmon, avait par ailleurs indiqué  sur son compte Twitter que le titre de numéro 2 reviendrait à Guillaume Bachelay, député de Seine-Maritime, fabusien et ancienne plume de la maire de Lille. Une information confirmée mercredi par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault.

Cambadélis : Harlem Désir "pourra compter sur moi !"

"Je suis déçu mais pas défait. Cela s'est joué à trois fois rien, a aussitôt réagi Jean-Christophe Cambadélis sur son blogJ'appelle au rassemblement de tous derrière Harlem Désir, futur premier secrétaire du PS", a-t-il poursuivi, reconnaissant qu'"il s'installe dans une situation complexe qui va se compliquer". "Il pourra compter sur moi !", conclut le député de Paris.