Cet article date de plus de neuf ans.

Martine Aubry est une "mante religieuse", a estimé jeudi à Dôle Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche)

"Le côté mante religieuse de Martine Aubry est insupportable", a déclaré le co-président du Parti de gauche devant la presse.Avec le député PS de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg, il est allé soutenir pour le 2e tour des cantonales le candidat du Parti de gauche, un dissident du PS, dans le canton de Dôle Nord-Est.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), Patrick Viverge (div.gauche) et Arnaud Montebourg (PS) (AFP/JEFF PACHOUD)

"Le côté mante religieuse de Martine Aubry est insupportable", a déclaré le co-président du Parti de gauche devant la presse.

Avec le député PS de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg, il est allé soutenir pour le 2e tour des cantonales le candidat du Parti de gauche, un dissident du PS, dans le canton de Dôle Nord-Est.

"Je n'ai pas voulu être vu avec Martine Aubry parce que je ne veux pas qu'il y ait de confusion et je ne veux pas donner l'impression d'être englobé (par le PS) ni faire croire que les problèmes sont réglés", a-t-il ajouté.

Pas de voyage commun Aubry-Mélenchon
Martine Aubry effectuait pour sa part en matinée une visite de quelques heures au sud de la ville jurassienne pour y soutenir le candidat socialiste en ballottage défavorable, alors que la gauche possède un canton d'avance sur la droite après le premier tour des cantonales. La première secrétaire du PS et le député européen du Parti de Gauche ont toutefois fait des déplacements séparés.

"Je n'ai pas été sur la péniche, ce n'est pas pour aller dans le train", a-t-il ajouté en référence à la réunion dimanche des dirigeants du PS Martine Aubry, d'Europe Ecologie-Les Verts Cécile Duflot et du PCF Pierre Laurent sur une péniche à Paris.

"Il n'y a pas d'accord entre Arnaud et moi, mais je fais campagne avec un ami socialiste", a lancé le candidat à l'investiture du Front de gauche pour la présidentielle de 2012, soulignant que le PS et son parti se rapprochaient dans l'optique du second tour dans les cantons où la gauche a une chance de l'emporter.

"Ce qui compte, c'est d'être ensemble et notre tactique, ce sont des gens qui s'unissent pour gagner, comme il faudra le faire en 2012", a pour sa part affirmé Arnaud Montebourg, tout en réfutant un éventuel rapprochement à titre personnel avec le Parti de gauche. Il a précisé que Mme Aubry avait également apporté jeudi son soutien au candidat dolois du PG.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.