Salarié, chômeur, retraité... Si Marine Le Pen devient présidente, voici ce qui changera pour vous

La présidente du Front national est arrivée en deuxième position du premier tour de l'élection présidentielle. Voici comment ses propositions pourraient influer sur votre quotidien… et votre porte-monnaie.

Marine Le Pen, présidente du FN, célèbre son accession au second tour, le 23 avril 2017 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).
Marine Le Pen, présidente du FN, célèbre son accession au second tour, le 23 avril 2017 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). (CHARLES PLATIAU / REUTERS)

Elle a réussi à convaincre une bonne partie des Français. La candidate du Front national à l'élection présidentielle, Marine Le Pen, a recueilli 21,3% des voix au premier tour de l'élection présidentielle, dimanche 23 avril, selon les résultats définitifs. Suffisant pour se qualifier pour le second tour face à Emmanuel Macron, dont le projet économique est très éloigné de celui du Front national.

>> Suivez toutes les réactions au lendemain du second tour

Que propose Marine Le Pen dans ce domaine ? Son projet, détaillé dans un document de 24 pages (PDF), s'appuie notamment sur une prévision de croissance économique en France optimiste, avec un bond de 1,3% à 2% de 2017 à 2018, pour finir à 2,5% en 2022. Un chiffre que le pays n'a plus connu depuis dix ans. Que vous soyez salarié, chef d'entreprise ou retraité, à quoi devez-vous vous attendre si Marine Le Pen est élue dimanche 7 mai, à l'issue du second tour ? Franceinfo fait un tour d'horizon de ses principales propositions et de leur impact sur votre situation.

• Si vous êtes salarié
• Si vous êtes retraité (ou le serez bientôt)
• Si vous êtes chef d'une entreprise ouverte sur l'international
• Si vous dirigez une TPE ou une PME
• Si vous êtes fonctionnaire
• Si vous êtes travailleur indépendant
• Si vous êtes sans emploi
• Si vous payez des impôts

Si vous êtes salarié

Marine Le Pen présidente, votre temps de travail ne devrait pas changer. Dans ses "engagements présidentiels", la candidate promet de ne pas toucher à la durée hebdomadaire légale du travail. Les 35 heures seraient donc maintenues. Une négociation pour un passage à 37 heures payées 37, ou 39 heures payées 39, sera uniquement possible "au niveau des branches professionnelles". La présidente du Front national compte également abroger la loi Travail, défiscaliser les heures supplémentaires et "maintenir leur majoration".

Si vous gagnez moins de 1 500 euros net par mois, vous pourrez, en principe, bénéficier d'une "prime de pouvoir d'achat", financée grâce à une "contribution sociale" de 3% sur les importations. "Cette prime représentera près de 80 euros par mois", a précisé Marine Le Pen dans une interview au Monde (édition abonnés).

Si vous êtes retraité (ou le serez bientôt)

La "prime de pouvoir d'achat" promise par Marine Le Pen vous concerne aussi si votre pension de retraite ne dépasse pas 1 500 euros mensuels. Si vous bénéficiez de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), celle-ci sera revalorisée de 20%, selon le chiffrage du projet. Mais seuls les Français ou étrangers résidant en France depuis au moins vingt ans pourront désormais y avoir droit. 

Après plusieurs semaines d'atermoiements, comme l'a relevé Libération, la candidate promet de ramener l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans, contre 62 ans aujourd'hui. Pour bénéficier de la retraite à taux plein, il suffira de cotiser pendant 40 annuités, promet Marine Le Pen, alors que les réformes adoptées jusqu'à présent porteront progressivement cette durée à 43 ans.

Si vous êtes chef d'une entreprise ouverte sur l'international

Vous risquez d'être sensiblement affecté par deux piliers du programme de Marine Le Pen : un "protectionnisme intelligent et le rétablissement d'une monnaie nationale adaptée à notre économie". La sortie de l'euro n'est pas écrite telle quelle dans son projet, mais elle est bien d'actualité. La candidate a précisé, dans une interview à Europe 1, que cette mesure serait effective "pour les Français", mais qu'"il est possible d'envisager une monnaie commune qui touche exclusivement l'Etat ou les grandes entreprises". Comme le note Le Figaro, ce projet reste flou – et ses conséquences pourraient être importantes : une monnaie nationale dévaluée, comme le souhaite le FN, pourrait entraîner des politiques d'austérité, une baisse des salaires et, finalement, une période de récession, poursuit le quotidien.

Si vous avez recours à des travailleurs détachés ou souhaitez recruter des salariés étrangers, les choses risquent de se compliquer pour vous. Marine Le Pen promet de mettre fin à la directive "détachement des travailleurs" en France, et entend bien dissuader les entreprises de recruter des étrangers.

Si elle est élue, "tout nouveau contrat d'employé étranger" fera l'objet d'une "taxe additionnelle", a-t-elle affirmé au Monde. Et le montant n'est pas anodin : il pourrait être de l'ordre de "10% du salaire brut mensuel du salarié étranger", a précisé Florian Philippot au micro de RTL. Précision importante du vice-président du Front national : cette taxe concernerait aussi les étrangers européens. Marine Le Pen compte bien remettre en cause également la libre circulation des travailleurs européens sur le territoire.

Si vous dirigez une TPE ou une PME

Marine Le Pen veut mettre en place un "guichet unique dédié" pour les démarches sociales, fiscales et administratives. L'estimant "inapplicable dans sa forme actuelle", elle promet de remplacer le compte pénibilité par un dispositif reposant sur une majoration des annuités pour les personnes effectuant un travail pénible.

Votre entreprise se verra réserver une partie de la commande publique, "si l'écart de prix est raisonnable" avec la concurrence étrangère. L'Etat et les collectivités locales seront obligés de respecter leurs délais de paiement s'ils ne veulent pas se voir infliger des pénalités. Les petites et très petites entreprises bénéficieront en outre de taux d'emprunt préférentiels sous la supervision de la Banque de France.

Vos charges sociales seront réduites "de façon lisible et significative", en fusionnant tous les dispositifs d'allègements de cotisations, y compris le CICE. Mais attention, ces allègements ne vous seront octroyés que sous réserve du "maintien de l'emploi" dans votre entreprise.

Enfin, en matière fiscale, Marine Le Pen propose de maintenir le taux réduit de 15% de l'impôt sur les sociétés pour les TPE-PME. Si vous dirigez une PME, vous bénéficierez d'un taux intermédiaire de 24%, contre 33,3% aujourd'hui.

Si vous êtes fonctionnaire

Marine Le Pen promet de "dégeler et revaloriser le point d’indice pour les fonctionnaires". En revanche, si la patronne du FN arrive au pouvoir, attendez-vous à ne plus être indemnisé dès le premier jour lors d'un arrêt maladie. Elle compte en effet rétablir deux jours de carence dans le public, et ramener cette carence de trois jours à deux jours dans le privé, "dans un souci d'égalité".

Concernant la fonction publique hopitalière, Marine Le Pen promet d'en augmenter les effectifs et de "maintenir au maximum les hôpitaux de proximité".

Si vous êtes travailleur indépendant

Commerçants, artisans, travailleurs indépendants... Face aux nombreux ratés du régime social des indépendants, Marine Le Pen vous propose soit de vous affilier au régime général, soit de conserver "la spécificité du régime après une refonte totale du RSI". Ce dernier fonctionnerait "sur la base de l'auto-déclaration trimestrielle". Une régularisation du montant à payer serait donc effectuée chaque fin d'année.

Si vous êtes sans emploi

En dehors de sa "priorité nationale à l'emploi des Français", le projet de Marine Le Pen ne comprend aucune proposition visant directement les demandeurs d'emploi. Les termes "chômage", "chômeur" ou "demandeur d'emploi" sont d'ailleurs absents de son programme. Seule précision de la candidate : les recettes de la taxe sur le recrutement d'étrangers serviront à l'indemnisation des chômeurs français.

Si vous payez des impôts

Si Marine Le Pen est élue, l'impôt sur le revenu baissera de 10% pour les trois premières tranches. Cette mesure ne toucherait pas seulement les classes moyennes et populaires, mais tous les revenus inférieurs à 71 898 euros annuels. Sur le plan pratique, le prélèvement de l'impôt à la source sera abandonné.

Elle promet en outre d'augmenter progressivement le plafond du quotient familial (abaissé par Hollande), ce qui favorisera les familles avec beaucoup d'enfants. Les parents de familles nombreuses verront d'ailleurs la majoration de leur pension de retraite défiscalisée, et la demi-part fiscale des veufs et veuves sera rétablie.

Concernant les successions, Marine Le Pen prône un régime plus favorable : chaque parent pourrait transmettre sans taxation 100 000 euros à chaque enfant tous les cinq ans (au lieu de quinze ans actuellement).

Enfin, ni la TVA ni la CSG n'augmenteraient, et la taxe d'habitation serait revue à la baisse pour les ménages les plus modestes. En revanche, si vous payez l'impôt sur la fortune (ISF), celui-ci sera maintenu.

Au total, entre cadeaux fiscaux et mesures en faveur du pouvoir d'achat, Marine Le Pen chiffre ces dépenses à 40 milliards d'euros. Pour les financer, elle entend faire des économies sur "la gestion de la Sécurité sociale, la fraude sociale et l’évasion fiscale, l’Union européenne, l’immigration (dont la suppression de l’AME [aide médicale de l'Etat]), la réforme institutionnelle (suppression des doublons…) et la délinquance". Le document de cadrage budgétaire (assez succinct) édité par l'équipe de la candidate ne détaille pas le montant économisé grâce à chacune de ces mesures, mais avance un chiffre global de 60 milliards d'euros en cinq ans.