Cet article date de plus d'onze ans.

Marine Le Pen évoque le rôle de Patrick Buisson

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé vendredi que le conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson avait "contribué à décomplexer une grande partie de l'électorat UMP" à l'égard des idées du FN.
Article rédigé par Pierre Magnan
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
A Hénin-Beaumont, Marine Le Pen devant les militants et les journalistes (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé vendredi que le conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson avait "contribué à décomplexer une grande partie de l'électorat UMP" à l'égard des idées du FN.

Patrick Buisson "a contribué à décomplexer une grande partie de l'électorat UMP qui en réalité pense la même chose que nous mais n'osait pas encore le dire. Voilà, c'est un fait et c'est une avancée, c'est incontestable", a déclaré Mme Le Pen sur RTL.

La présidente du Front National s'invite ainsi dans le débat qui secoue l'UMP après la défaite de son camp aux législatives et à la présidentielle. Patrick Buisson, venu de l'extrème-droite, est le conseiller non officiel de Nicolas Sarkozy qui aurait inspiré la campagne droitière du président sortant.

"Je pense qu'il a défendu ses idées et il se trouve qu'une grande partie de ses idées sont également les nôtres. Il n'y a qu'un malheur, c'est qu'il n'a pas réussi à obtenir de Nicolas Sarkozy qu'au-delà des mots, ses idées soient réellement mises en application", a-t-elle ajouté.

"Il faut lui dire à Mme Kosciusko-Morizet que Maurras est mort parce que sinon elle va continuer de se ridiculiser", a aussi lancé la présidente du FN, raillant l'ex-porte-parole de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle. Celle-ci avait accusé M. Buisson d'avoir voulu "faire gagner Charles Maurras" (figure historique de l'extrême droite française) plutôt que l'ancien président.

"antigaulliste primaire"

"Je ne suis pas dans la tête de M. Buisson, je l'ai rencontré une seule fois, mais après tout, se battre pour ses idées c'est plutôt noble, c'est mieux que de se battre pour une place comme Mme Kosciusko-Morizet", a-t-elle jugé.

Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, ont aussi eu des échanges sur la place de M.Buisson à l'UMP.

L'ancien ministre de l'économie François Baroin avait lui souhaité remettre à sa place le rôle du conseiller élyséen. "En aucune façon" Nicolas Sarkozy n'avait "été l'otage de qui que ce soit dans cette campagne", avait-il affirmé à propos de la place de M.Buisson qui, selon lui, est un "antigaulliste primaire, puisqu'au fond il s'est construit politiquement au moment de l'Algérie française et toute cette génération là n'a d'autre objectif que d'effondrer le gaullisme".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.