Vidéo #Parissaccage : "Le premier devoir d'un maire, c'est de nettoyer les rues de sa ville", lance Valérie Pécresse à Anne Hidalgo

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, réagit lundi 12 avril sur franceinfo, aux nombreuses photos postées sur Twitter montrant la saleté à Paris, sous le mot-clé #Parissaccage.

"Le premier devoir d'un maire, c'est de nettoyer les rues de sa ville", a insisté Valérie Pécresse, présidente (Libres!) de la région Ile-de-France, lundi 12 avril sur franceinfo. Elle réagissait aux nombreuses photos postées sur Twitter montrant la saleté à Paris, sous le mot-clé #Parissaccage. Alors que la maire de Paris, Anne Hidalgo, dénonce une campagne de dénigrement, Valérie Pécresse répond : "Le premier geste écologique, c'est la propreté, c'est de nettoyer sa ville." 

Un mouvement lancé par des "citoyens"

Ce mouvement sur Twitter a été lancé par "des citoyens", estime la présidente de région. Si son porte-parole les a retweetés, c'est parce que "Pierre Liscia défend les Parisiens, il défend ces citoyens qui aimeraient tellement que leur ville soit propre."

La région Île-de-France "s'est saisie du sujet de la propreté à l'échelle régionale. Nous avons fait un fond propreté de 4 millions d'euros pour aider les villes à lutter contre les dépôts sauvages qui détruisent et ruinent et abîment nos paysages".

"La seule ville qui n'a pas demandé à bénéficier du fonds propreté de la région Ile-de-France, c'est la mairie de Paris."

Valérie Pécresse

à franceinfo

"Quand on veut mettre le paquet sur la propreté, on peut le faire", poursuit la présidente de la région. Elle affirme avoir "doublé les effectifs de nettoyage" dans le métro parisien, qui est sous la responsabilité de sa collectivité. "Désormais, on nettoie le métro trois fois par jour au lieu de deux et on nébulise toute la nuit des dispositifs qui tuent le virus". Elle raconte avoir par ailleurs "piqué un coup de gueule auprès de la RATP sur les tags" et demandé un plan anti-tags.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.