Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Bruno Le Maire entre "le Karcher" de Sarkozy et "l'immobilité heureuse" de Juppé

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
VIDEO. Bruno Le Maire entre "le Karcher" de Sarkozy et "l'immobilité heureuse" de Juppé
franceinfo
Article rédigé par
France Télévisions

Alors qu'il présentait son programme, le candidat à la primaire à droite a taclé ses concurrents, mais sans jamais prononcé leurs noms. 

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite, a moqué, dimanche 18 septembre, "le retour du Karcher" en allusion à Nicolas Sarkozy et "l'immobilité heureuse" d'Alain Juppé, dénonçant "un duel annoncé à l'avance" pour la primaire des 20 et 27 novembre.

Programme de 1 000 pages

Après avoir présenté son "contrat présidentiel", plus de 1 000 pages de mesures et de fiches détaillées samedi, le député de l'Eure a clos son week-end de rentrée à Sète (Hérault) un peu plus loin que la veille, où il s'était situé entre "un projet toujours plus violent" et "pas de projet du tout".

"Je vois bien le duel annoncé à l'avance entre des paroles toujours plus dures, toujours plus brutales, toujours plus violentes, le retour du Karcher (...) et de l'autre côté l'immobilité heureuse", a lancé cet ex-ministre en allusion à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé respectivement. "Eh bien, ce duel, il ne créera que des déceptions pour les Français", a-t-il ajouté. Traduction de son porte-parole, Damien Abad: "le choix entre le sosie de Donald Trump et le faux frère de François Bayrou".

Hommage à Jacques Chirac

"Le véritable débat de cette campagne c'est le choix entre l'Ancien Régime et le renouveau", a martelé Bruno Le Maire, qui se veut le chantre du renouvellement de la classe politique. Irak de 2003, il a rendu un "hommage appuyé et ému" à Jacques Chirac, actuellement hospitalisé.

"Il y a chez Bruno Le Maire du Jacques Chirac", a d'ailleurs affirmé à la tribune le député UDI Yves Jégo, n'hésitant pas non plus à le comparer à "JFK", "Obama" ou "Trudeau au Canada".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.