Cet article date de plus de quatre ans.

Jacques Chirac hospitalisé à Paris pour "une infection pulmonaire"

L'ex-président de la République, âgé de 83 ans, restera hospitalisé à La Pitié-Salpêtrière "dans les prochains jours", a précisé son gendre, Frédéric Salat-Baroux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jacques Chirac, le 21 novembre 2014 au musée du Quai Branly, à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

L'ancien président Jacques Chirac a été hospitalisé dans la matinée du dimanche 18 septembre à l'hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière pour "le traitement d'une infection pulmonaire", a annoncé son gendre, Frédéric Salat-Baroux à l'AFP. L'ex-chef de l'Etat, âgé de 83 ans, "restera hospitalisé dans les prochains jours", a précisé l'époux de Claude Chirac.

Jacques Chirac séjournait en famille au Maroc avant de rentrer à Paris. Selon Le Parisien, deux jets privés de la royauté marocaine se sont posés dans la nuit de samedi à dimanche à l'aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis). "A bord se trouvait Jacques Chirac, 83 ans, et sa famille, obligés de rentrer en urgence après un malaise de l'ex-président. Deux personnels soignants étaient également dans l'avion", écrit le quotidien. "L'ancien chef d'Etat souffrirait d'une pneumonie susceptible de s'aggraver en embolie pulmonaire", ajoute Le Parisien.

Hospitalisé à plusieurs reprises depuis 2007

Depuis son départ de l'Elysée en mai 2007, Jacques Chirac, qui avait subi un accident vasculaire cérébral en 2005, a déjà été hospitalisé à plusieurs reprises. Il l'avait notamment été pendant une quinzaine de jours en décembre 2015, toujours à la Pitié-Salpêtrière, pour affaiblissement. Il a également été fortement éprouvé par la mort de sa fille aînée, Laurence, en avril.

L'ex-Premier ministre Alain Juppé, tout comme l'ex-président de la République Nicolas Sarkozy, tous deux candidats à la primaire de la droite, ont réagi sur Twitter dans la foulée.

D'autres membres du parti Les Républicains leur ont emboîté le pas, en réagissant à leur tout sur Twitter.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.