Primaire à droite : Sarkozy désormais à égalité avec Juppé, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions

L'ancien chef de l'Etat est l'invité de "L'Emission politique", jeudi soir sur France 2.

Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, le 14 octobre 2015, à Limoges (Haute-Vienne), lors d\'un meeting pour les régionales.
Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, le 14 octobre 2015, à Limoges (Haute-Vienne), lors d'un meeting pour les régionales. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Nicolas Sarkozy peut avoir le sourire. Donné il y a quelques mois largement battu par Alain Juppé à la primaire organisée à droite en novembre, l'ancien chef de l'Etat fait désormais jeu égal avec le maire de Bordeaux dans les sondages. Selon une enquête Harris Interactive pour France Télévisions* publiée jeudi 15 septembre, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé seraient à égalité au premier tour, étant crédités de 37% des intentions de vote. 

D'après ce sondage, François Fillon serait largement distancé et ne recueillerait que 10% des voix, devant Bruno Le Maire (9%), Nathalie Kosciusko-Morizet (3%) et Jean-François Copé (2%). Hervé Mariton et Jean-Frédéric Poisson n'obtiendraient que 1% des voix. 

Au second tour, Alain Juppé bénéficierait d'une très légère avance (52%) sur Nicolas Sarkozy (48%). Un score final à interpréter avec une grande prudence, la marge d'erreur étant d'un peu plus de quatre points.

Juppé favori du centre et du centre-droit

Dans le détail, l'enquête montre, sans grande surprise, qu'Alain Juppé bénéficie d'un très bon score auprès des sympathisants de l'UDI et du MoDem (74% des intentions de vote au premier tour, contre seulement 6% pour Nicolas Sarkozy). A l'inverse, les sympathisants des Républicains plébiscitent largement la candidature de l'ancien chef de l'Etat (54% des intentions de vote au premier tour, contre 23% en faveur d'Alain Juppé). 

Verdict : la victoire de l'un ou de l'autre devrait avant tout dépendre de l'ampleur de la mobilisation. Plus celle-ci sera étendue et dépassera le seul camp des Républicains, plus Alain Juppé devrait en profiter. A l'inverse, plus elle se limitera au cœur de l'électorat de droite, plus Nicolas Sarkozy devrait s'en réjouir. Pour le moment, 9% des Français comptent voter à cette primaire à droite. Une proportion qui monte à 12% auprès de l'électorat MoDem-UDI, et à 24% auprès des sympathisants des Républicains.

* Enquête réalisée en ligne du 12 au 14 septembre. Echantillon de 563 inscrits sur les listes électorales déclarant qu’ils iront certainement voter à la primaire de la droite et du centre, issus d’un échantillon de 6 266 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e), ainsi que vote aux élections antérieures pour les intentions de vote.