Primaire à droite : Alain Juppé accroît encore son avance face à Nicolas Sarkozy, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions

Au second tour, le maire de Bordeaux l'emporterait largement sur l'ancien président de la Répubique, selon l'enquête publiée jeudi.

Le candidat à la primaire à droite Alain Juppé à Paris, le 17 octobre 2016.
Le candidat à la primaire à droite Alain Juppé à Paris, le 17 octobre 2016. (YANN KORBI / CITIZENSIDE / AFP)

Alain Juppé fait toujours la course en tête. Avec 40% des intentions de vote au premier tour de la primaire à droite, le maire de Bordeaux confirme son avance sur Nicolas Sarkozy (31%), selon une étude Harris Interactive pour France Télévisions, publiée jeudi 27 octobre. L'ancien président de la République est en recul de 3 points par rapport à la semaine dernière et de 6 points depuis la rentrée politique (mi-septembre 2016).

Seize points d'écarts au second tour

François Fillon bénéfice désormais de 14% des intentions de vote (+1 point en une semaine, +4 depuis mi-septembre) et Bruno Le Maire de 10% (+3 points en une semaine, après une baisse post premier débat de la primaire). Avec 3% d’intentions de vote, Nathalie Kosciusko-Morizet devance Jean-François Copé (1%) et Jean-Frédéric Poisson (1%).

Au second tour de la primaire, Alain Juppé l’emporterait avec 58% des voix, soit une progression de 4 points en une semaine, et de 6 points depuis le lancement du dispositif mi-septembre, contre 42% pour Nicolas Sarkozy, en baisse continue (-4 points en une semaine, -6 points depuis mi-septembre).

* Enquête réalisée en ligne du 24 au 26 octobre 2016 sur un échantillon de 874 inscrits sur les listes électorales déclarant qu’ils iront certainement voter à la primaire à droite, issus d’un échantillon de 7 049 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e), ainsi que vote au 1er tour de l’élection présidentielle de 2012 pour les intentions et les motivations de vote.