Cet article date de plus de cinq ans.

Comment Nicolas Sarkozy utilise Les Républicains pour préparer sa candidature à la primaire

Le Conseil national des Républicains se réunit pour valider le projet du parti pour 2017. Une nouvelle occasion pour le président du parti de placer ses pions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Nicolas Sarkozy, président des Républicains, donne un discours, le 29 juin 2016, à Paris.  (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Les sarkozystes évoquent la "clôture d'un cycle". Nicolas Sarkozy préside, samedi 2 juillet, le Conseil national des Républicains. Il doit y soumettre le projet de sa formation en vue de l'élection présidentielle de 2017. Et en profiter, au passage, pour façonner le parti à son image à quatre mois de la primaire de la droite et du centre. Nicolas Sarkozy n'est pas encore officiellement candidat, mais tous les coups sont permis.

Une journée pour vanter son bilan

Il ne s'est pas encore déclaré, mais Nicolas Sarkozy soigne son image à l'approche de la primaire à droite. A l'occasion du Conseil national des Républicains, le président du parti devrait donc vanter son action depuis deux ans. "Il va se féliciter d’avoir des fédérations en ordre de marche, des adhérents plus nombreux, des finances rétablies, des investitures attribuées et un socle de projet", explique un de ses proches au Monde.

"Il a remis sa famille politique en ordre de marche, ça a été long, mais il engrange les fruits petit à petit", résume un député sarkozyste auprès de l'agence Reuters. Cet exercice d'autosatisfaction devrait lui permettre d'avancer ses pions, sur un plan tactique. "Nicolas Sarkozy veut apparaître aux yeux des électeurs de la droite comme celui qui a œuvré pour le collectif, quand ses rivaux ne seraient préoccupés que par leurs ambitions personnelles", décrypte encore le quotidien.

Viendra ensuite le temps, d'ici au 26 août, de quitter la tête du parti et de se lancer dans la campagne officielle, mais après avoir convaincu les adhérents, qui seront présents à la Mutualité, à Paris. Cet exercice d'autocongratulation irrite déjà certains candidats déclarés à la primaire. Si François Fillon et Jean-François Copé prendront la parole, Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet ne feront que passer. Bruno Le Maire sera quant à lui "absent", tout comme Henri Guaino, qui a "autre chose à faire".

Un projet très sarkozyste

La journée doit permettre au chef des Républicains de présenter le projet qui doit servir de socle à tous les candidats de la primaire. Or, comme l'explique Le Monde, ce texte porte la patte sarkozyste. Il a été élaboré par deux proches de l'ex-chef de l'Etat, dont Eric Woerth, secrétaire national du parti. Nicolas Sarkozy l'a lui-même reconnu, le 26 juin, sur France 2 : "Il m'engage", a-t-il fait savoir à propos de ce "projet commun"

Et pour cause, le projet reprend les credo de Nicolas Sarkozy : autorité de l'Etat, refondation de Schengen, identité nationale, respect de la laïcité, recours au référendum, baisse simultanée des impôts et des déficits publics ou encore la volonté de revenir sur la loi interdisant le cumul des mandats.

De multiples propositions qui ne font guère l'unanimité au sein des équipes d'Alain Juppé, Bruno Le Maire et François Fillon. Aucun ne se sent "concerné" par ce projet, affirme ainsi l'AFP, après les avoir contactés. Dans Marianne, l'entourage proche de son principal rival, Alain Juppé, explique ainsi que le texte n'est pour lui qu'une "contribution au débat". "Alain Juppé n'est pas engagé par son contenu", indique Gilles Boyer, directeur de campagne du maire de Bordeaux.

Les moyens du parti pour faire campagne

La candidature de Nicolas Sarkozy est un secret de polichinelle. Ses adversaires voient d'ailleurs clair dans son jeu : "C'est bien un candidat non-déclaré", a récemment souligné Jean-Pierre Raffarin sur France Info. "Je pense qu'avant l'été, ce serait sans doute raisonnable qu'il y ait une prise en compte des réalités. Les réalités, c'est que Nicolas Sarkozy est en campagne", a encore insisté le soutien d'Alain Juppé, invitant le chef des Républicains à annoncer sa candidature. Techniquement, il a jusqu'au 26 août pour s'annoncer.

Car la double casquette du président des Républicains irrite les candidats déclarés. Nombreux sont ceux qui évoquent le besoin de transparence et pointent les injustices financières, analyse Europe 1. En effet, selon la radio, "tous les déplacements de Nicolas Sarkozy sont pris en charge par le parti, quand ses (futurs) rivaux à la primaire doivent, eux, puiser dans leurs cagnottes". François Fillon et Nathalie Kosciusko-Morizet ont ainsi fustigé "l'inégalité des moyens" entre les candidats, affirme Le Parisien.

En privé, la réponse fuse du côté du président du parti, raconte Le Lab : "Si je fais des salles remplies de monde et que d'autres font des salles à moitié vides, c'est peut-être aussi qu'il y a une inégalité de talent", raille Nicolas Sarkozy. Comme il l'a déclaré au Figaro, en mai, l'ex-président ne se voit pas abandonner sa confortable position, pas illégale. "Il est hors de question de quitter la présidence du parti. Il faut un chef pour cheffer."

Une mainmise pour écarter ses rivaux

Pour ne rien arranger, les investitures en vue des élections législatives de 2017 tendent un peu plus les relations entre Nicolas Sarkozy et les autres candidats à la primaire. Notamment avec Alain Juppé. A la base, un accord avait été trouvé pour donner l'investiture seulement en cas de consensus. Elle était gelée le cas échéant, raconte Le Point. Sauf que plusieurs cas ont irrité le camp juppéiste, trois de leurs candidats ayant été écartés, à Lyon et Strasbourg, au profit de visages plus sarkozystes.

Du coup, "comme les choses ne se passent pas comme elles auraient dû se passer, Alain Juppé ne se sent pas engagé par les investitures décidées par le parti et il reviendra dessus" s'il est désigné candidat au terme de la primaireaffirme le directeur de campagne du maire de Bordeaux dans Le Monde. Bruno Le Maire et François Fillon ont eux aussi fait savoir, dans Marianne, qu'ils reviendraient sur certaines décisions, s'ils sortaient vainqueur de la primaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire de la droite

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.