Bruno Le Maire : "Moi, je ferai ce que je dis"

Bruno Le Maire est l'invité d'Alix Bouilhaguet ce lundi 4 juillet, sur le plateau des 4 Vérités de France 2.

Voir la vidéo
France 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite, ne s'est pas rendu au Conseil national du parti les Républicains samedi. "Je ne suis pas venu parce que le projet adopté est celui de Nicolas Sarkozy. Je suis en campagne et je propose un autre projet", explique-t-il dans les 4 Vérités ce lundi matin.

Et de préciser : "Je ne suis pas lié par cette plateforme de propositions parce qu'il y a dedans des propositions qui me choquent et qui me paraissent de très mauvaises idées", comme "le rétablissement du cumul des mandats qui est une très mauvaise idée".

Le retour du cumul des mandats est "une mauvaise idée"

Selon lui, revenir sur cette mesure phare de la présidence de François Hollande signerait "le retour des fiefs, des baronnies et de l'entre-soi. Il faut aller plus loin et limiter le nombre de mandats dans le temps pour les parlementaires". Il a insisté sur le fait qu'il fallait "ouvrir" la vie politique.

Après la primaire de la droite fin novembre, "il faudra se rassembler derrière le vainqueur de la primaire. C'est un engagement que chaque candidat doit prendre", estime Bruno Le Maire. "Il faut un projet, mais il faut surtout des garanties qu'il soit appliqué, c'est la crédibilité de la mise en oeuvre. Moi je ferai ce que je dis. Je tiendrai promesse et c'est ça qui est essentiel dans la vie politique française aujourd'hui", assène-t-il.

Michel Rocard était "un honnête homme" et il avait la "capacité à penser le temps long", comme l'environnement et le travail. Il avait "le goût du temps long et il avait raison".

Bruno Le Maire, député des Républicains l\'Eure, à Vesoul (Haute-Saône), annonce sa candidature à la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017, le 23 février 2016.
Bruno Le Maire, député des Républicains l'Eure, à Vesoul (Haute-Saône), annonce sa candidature à la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017, le 23 février 2016. (SEBASTIEN BOZON / AFP)