Les militants LR désabusés quant à une éventuelle candidature de François Baroin à la présidentielle de 2022 : "Ça se voit qu’il n’a pas la volonté"

Le maire de Troyes sera la vedette du jour en ce week-end de rentrée des Républicains au Port-Marly dans les Yvelines. Depuis des mois, les principaux cadres du parti tentent de le convaincre de représenter la droite dans la course à l’Élysée. Mais il ne semble pas très motivé et les militants et les élus n’y croient plus du tout.

Article rédigé par
édité par Ariane Schwab - franceinfo - Simon Le Baron
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Baroin, maire LR de Troyes, le 27 août 2020. (ERIC PIERMONT / AFP)

François Baroin, c’est l’Arlésienne des Républicains. Cela fait un an que les leaders du parti parlent de lui comme celui qui peut sauver la droite en 2022. Mais lui, on ne le voit pas, on ne l’entend pas.

Même en pleine crise du Covid, le président de l’Association des maires de France s’est fait très, très discret. De quoi lasser les militants : "Ça se voit qu’il n’a pas la volonté et je ne pense pas que certains aient envie de s’engager derrière quelqu’un qui n’a pas envie", commente Alexis, 25 ans, engagé chez LR depuis 2017, présent en ce week-end de rentrée du parti. 

Il ne prend pas la parole. Il ne s’engage pas forcément sur les sujets nationaux en ce moment. Je pense que s’il en avait un peu plus envie, il rentrerait un peu plus sur le ring et essaierait plus de proposer ou de critiquer. 

Alexis, un jeune militant LR

à franceinfo

Bref. Les électeurs ont bien compris que François Baroin ne rêvait pas d’être président en se rasant. Les cadres tentent malgré tout de faire bonne figure, à l’image d’Annie Genevard, députée et présidente du Conseil national, le Parlement du parti. "Je crois que c’est un homme qui ne veut pas être soumis à des pressions de toutes parts. C’est vrai, il ne s’exprime pas tous les jours dans les médias mais vous savez aussi qu’en politique, la rareté de la parole est quelquefois un gage de réussite", tente-t-elle de plaider. Mais en privé, tous ou presque se sont faits une raison : sauf improbable revirement, l’ancien ministre, par ailleurs conseiller de la banque Barclays, a autre chose à faire que d’aller se casser les dents sur le mur de l’Élysée.

D'autres cadres se projettent en revanche

C’est tant mieux, réagit Jacques, l’un des leaders de l’Uni, le syndicat étudiant de droite qui "n’arrive pas à voir les différences entre M. Barouin et M. Macron". Selon lui, "M. Baroin ne coche pas toutes les cases". Le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau lui se voit bien cocher ces cases et représenter la droite en 2022, tout comme le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand ou la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, d’ailleurs invitée vendredi à l’ouverture de ces "Rendez-vous de la jeunesse".

François Baroin est attendu comme la vedette du jour samedi 5 septembre au Port-Marly dans les Yvelines. Il doit participer à un échange avec des jeunes militants. Mais le maire de Troyes risque de faire attendre encore un peu avant de donner sa réponse définitive sur son éventuelle candidature. Dans un entretien au JDD début juin, il avait précisé qu'il clariefierait ses intentions "à l'automne". En attendant, il doit publier un livre le 23 septembre pour nourrir "le débat des idées de (sa) famille politique".

Simon Le Baron a pris le pouls des militants Les Républicains au sujet de François Baroin.
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.