Les régularisations de sans-papiers ont augmenté de 50% en 2013

Plus de 23.000 régularisations de sans-papiers ont été observées en 2013, soit 12.000 personnes de plus qu'en 2012. Ces chiffres, rendus publics ce jeudi par le ministère de l'Intérieur sont le résultat de la politique de celui qui le dirigeait alors, Manuel Valls.

(Vincent Isore Maxppp)

Le nombre des "admissions exceptionnelles au séjour" a augmenté de 51% entre 2012 et 2013, passant de 23.294 à 35.204, selon un bilan publié ce jeudi 10 avril sur le site du ministère de l'intérieur.

Cette augmentation serait le résultat direct de la circulaire du 28 novembre 2012. Alors ministre de l'Intérieur, Manuel Valls avait souhaité préciser les critères de régularisation des sans-papiers, peu après l'arrivée de la gauche au pouvoir.

A LIRE AUSSI ►►► Nouveaux critères pour la régularisation des sans-papiers

Une forte hausse des régularisations pour les parents et les salariés


L'augmentation concerne en grande majorité des parents d'enfants scolarisés (+5.988) et des salariés (+2.100).

L'une des principales avancées de la circulaire concernait l'ouverture de la régularisation aux familles ayant au moins un enfant scolarisé en France depuis trois ans et justifiant d'une présence d'au moins cinq ans sur le territoire français.

De plus, la circulaire permettait aux familles de déposer un dossier de régularisation, même si les deux parents étaient sans-papiers. Auparavant, au moins un des deux parents devait être en règle.

Pour les salariés, la circulaire prévoit des critères de présence sur le sol français : peuvent être régularisés ceux qui sont en France depuis cinq ans et qui peuvent montrer douze fiches de paye sur les 24 derniers mois. Résultat, entre 2012 et 2013, le nombre de salariés sans-papiers régularisés est passé de 2.192 à 4.199. Un total de 45.000 régularisation en 2013 -----------------------------------------[Fin 2012, Manuel Valls assurait](http://www.franceinfo.fr/politique/manuel-valls-s-explique-sur-sa-circulaire-sur-les-sans-papiers-816663-2012-11-28) que son texte n'avait "*pas pour but d'accroître de manière conséquente le nombre d'étrangers admis au séjour.* " Un an plus tard, il admettait qu'il y aurait tout de même une "*hausse conjoncturelle* " de l'ordre de 10.000 régularisations.Le député UMP, Eric Ciotti, n'a pas manqué l'occasion de tacler le nouveau premier ministre dans un tweet.Ces chiffres des "admissions exceptionnelles au séjour" n'incluent pas certaines catégories de sans-papiers qui obtiennent un droit quasi-automatique à un titre de séjour, comme c'est le cas après la naissance d'un enfant français, le mariage avec un Français ou pour les malades. Si l'on ajoute les 6.000 étrangers régularisés pour maladie et les 3.000 régularisés en tant que parents d'un enfant français, on estime qu'il y aurait eu près de 45.000 régularisations en 2013.