Les députés pourront désormais se faire rembourser la location d'un logement à Paris

Cette nouvelle mesure entre en vigueur au 1er janvier 2018. Elle est jugée plus économique que les nuits d'hôtel par le questeur de l'Assemblée nationale, Florian Bachelier.

Le bureau de l\'Assemblée nationale a dévoilé, mercredi 29 novembre, les nouvelles règles pour encadrer les frais de mandat des députés.
Le bureau de l'Assemblée nationale a dévoilé, mercredi 29 novembre, les nouvelles règles pour encadrer les frais de mandat des députés. (MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Du nouveau pour les députés. A partir du 1er janvier 2018, ils pourront louer un logement à Paris "dont le loyer sera pris en charge par le budget de l'Assemblée nationale", écrit L'Opinion, jeudi 14 décembre. Le montant est estimé à 1 200 euros par mois. Si les élus dépassent ce plafond, l'excédent sera déduit de l'avance sur frais, la nouvelle version de l'indemnité représentative des frais de mandat (IRFM).

Aujourd'hui, les députés disposent de trois options : le bureau avec couchage, une chambre dans la résidence de l'Assemblée ou l'hôtel. Le questeur Florian Bachelier (La République en marche) a écrit un courrier à ses collègues pour les informer de ces nouvelles dispositions. La location mensuelle d'un logement doit permettre d'éviter le "nomadisme inconfortable" des élus et, surtout, de réaliser des économies.

"L'Assemblée sera gagnante"

Le budget hôtellerie mensuel d'un député est en effet de 3 200 euros, rappelle L'Opinion. D'autant qu'avec la fin du cumul des mandats, les députés sont de plus en plus souvent présents à Paris, du lundi au jeudi. "Certains députés évoquaient l'option de locations de courte durée, d'appart-hôtels ou de studios, en fixant un plafond de 1 200 euros par mois", avait expliqué Florian Bachelier à franceinfo, dans le cadre d'une enquête sur les permanences parlementaires. Les nuitées atteignent aujourd'hui 200 euros, l'Assemblée nationale sera donc gagnante."