Cet article date de plus de huit ans.

Législatives : ambiance à l'UMP sous la pression du FN

"Cela dépasse les bornes", a affirmé le candidat UMP aux législatives à Paris, Charles Beigbeder à propos de déclarations de Chantal Jouanno qui avait affirmé que face à la montée du FN, la réponse n'était pas "dans la droitisation".
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Charles Beigbeder (au centre) et Chantal Jouanno (janvier 2011) (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

"Cela dépasse les bornes", a affirmé le candidat UMP aux législatives à Paris, Charles Beigbeder à propos de déclarations de Chantal Jouanno qui avait affirmé que face à la montée du FN, la réponse n'était pas "dans la droitisation".

Charles Beigbeder, candidat UMP pour les législatives dans les XIIe et XXe arrondissements parisiens, a qualifié Chantal Jouanno, sénatrice UMP de Paris, et ancienne ministre des sports de Nicolas Sarkozy, d'"irresponsable" après qu'elle a évoqué l'hypothèse d'un duel PS-FN aux législatives, l'homme d'affaires l'invitant à "prendre sa carte au PS".

La sénatrice UMP et ex-ministre Chantal Jouanno avait jugé lundi dans le Point que, face à la montée du FN, la réponse n'était pas "dans la droitisation" ("Je crains que la droitisation ne soit qu'un mirage douloureux"), annonçant qu'en cas de duel PS-FN aux législatives, elle voterait socialiste.

"Cela dépasse les bornes", a déclaré mardi à l'AFP M. Beigbeder, frère de l'écrivain. "Il y a une vraie dynamique qui porte Nicolas Sarkozy, je trouve indécent et irresponsable de la part de Mme Jouanno d'évoquer les législatives avec un scénario catastrophe", a-t-il ajouté.

Selon le candidat 'UMP, "plutôt qu'enchaîner les déclarations équivoques, elle qui doit tout à M. Sarkozy devrait prendre sans plus attendre la carte du PS". "Pour son information, la section du PS la plus près de chez elle se trouve 26 rue Etienne d'Orves à Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine", a encore raillé le proche de Jean-François Copé.

Invitée du "12-13 Dimanche" sur France 3, le 18 mars, Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole de Nicolas Sarkozy, avait indiqué qu'elle ferait "la même chose que ce qu'(elle a) dit ou écrit" en votant PS en cas de second tour à la présidentielle entre le candidat socialiste et celle du front national.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.