Cet article date de plus de neuf ans.

Le triple A de la France s'invite dans la campagne

François Hollande a affirmé que le gouvernement n'avait pas pris les bonnes mesures pour garder sa note Aaa après la déclaration de l'agence de notation Moody's. Une polémique qui intervient alors que Bercy évoque un risque sur la croissance.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Hollande (archives) (PIERRE ANDRIEU / AFP)

François Hollande a affirmé que le gouvernement n'avait pas pris les bonnes mesures pour garder sa note Aaa après la déclaration de l'agence de notation Moody's. Une polémique qui intervient alors que Bercy évoque un risque sur la croissance.

L'agence de notation Moody's a prévenu lundi qu'elle allait surveiller et évaluer le caractère stable de la perspective assignée à la note Aaa de la France au cours des trois prochains mois, à la lumière notamment d'un possible renflouement de son système bancaire ou d'un autre pays de la zone euro. Un avertissement qui tombe alors que le gouvernement organise le sauvetage de la banque Dexia par des établissements publics français.

François Hollande réagi mardi en affirmant que "cette menace d'une dégradation (...), c'est aussi la sanction d'un échec" tout en ajoutant ne pas vouloir ajouter "de la crise à la crise". Il a ajouté qu'il ne dirait "rien qui puisse fragiliser la situation de notre pays". Le candidat du PS a cependant critiqué l'action gouvernementale. "Il y a des mesures à prendre, le gouvernement n'a pas pris les bonnes, il est encore temps qu'il puisse corriger, s'il ne le fait pas, nous le ferons" a-t-il déclaré sur le perron de la présidence du Sénat, aux côtés du président du Sénat Jean-Pierre Bel (PS) venu l'accueillir pour une visite.

"Tout sera mis oeuvre pour éviter le basculement dans une récession économique, tout sera mis en oeuvre pour soutenir l'activité économique, tout sera mis en oeuvre pour protéger les plus fragiles, tout sera mis en oeuvre aussi pour répondre à nos objectifs de déficit et protéger notre pays d'une dégradation" de sa note, actuellement au meilleur niveau possible, avait auparavant assuré François Baroin sur France 2.

François Baroin aux 4 Vérités sur France 2 le 18 octobre 2011

Voir la video

Inquiétudes sur la croissance
Le premier ministre François Fillon s'était déjà montré assez sombre lundi sur la situation économique. Il est "aujourd'hui absolument impossible de dire" si la France peut tenir ces prévisions car "il y a une énorme menace qui pèse sur l'économie mondiale" avec les "dettes souveraines", avait-il affirmé au 20h de France 2. "Si nous sommes capables dans les 15 jours qui viennent ... de mettre sur table... des mesures suffisamment puissantes pour stopper la spéculation, pour faire comprendre ... qu'on ne laissera pas tomber 60 années de construction européenne", et "si on fait en 2011 exactement ce qu'on a fait en 2008", alors "je n'ai pas d'inquiétude, il y aura de la croissance en 2012 et les 1,5% seront atteints", avait-il ajouté.

Interrogé pour savoir s'il était possible que la croissance de la France soit inférieure à 1,5%, M. Baroin a répondu mardi matin: "il y a un risque" parce qu'il y a "un risque de ralentissement mondial. Il est très rapide, il peut être sévère".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.