Cet article date de plus de huit ans.

Le président tunisien en visite d'Etat en France

Signe de l'importance de sa visite, Béji Caïd Essebsi sera accueilli ce mardi aux Invalides par François Hollande en personne, puis au Sénat où il prendra la parole. Une visite en "hommage à la Tunisie Post-révolutionnaire", dit-on à l'Elysée.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Béji Caïd Essebsi est attendu à Paris pour une visite d'Etat de deux jours © REUTERS /Zoubeir Souissi)

Une visite d'Etat de deux jours. Une visite "protocolaire d'hommage à la Tunisie post-révolutionnaire, à la Tunisie démocratique auprès de laquelle la France s'est engagée dès la révolution de 2011 et à laquelle François Hollande a apporté une attention très particulière et très soutenue depuis qu'il est à l'Elysée" , dit-on dans l'entourage du président français.

Le tapis rouge est donc déroulé pour Béji Caïd Essebsi, qui sera accueilli aux Invalides par François Hollande en personne, avant de s'exprimer devant le Sénat cet après-midi. Un dîner d'Etat est ensuite prévu à l'Elysée. Et demain mercredi, il déjeunera à Matignon. Entretemps, il aura été fait docteur honoris causa à la Sorbonne, où il avait effectué ses études.

Des accords attendus

Pour le reste, il devrait largement être question de la coopération entre les deux pays, en matière de sécurité et de défense - après l'attentat du Bardo, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait offert une coopération technique. La Frane pourrait s'engager plus concrètement, notamment dans la protection de la frontière avec la Libye.

L'économie ne sera pas oubliée - la France est le premier partenaire commercial de la Tunisie, et son premier investisseur extérieur. Quelque 1.300 entreprises françaises, qui emploient plus de 125.000 personnes, y sont implantées. La France est aussi le premier pays pourvoyeur de touristes.

Il sera enfin question de la reconversion de la dette tunisienne - 60 millions d'euros devraient être transformés en investissements, comme annoncé par François Hollande lors de sa visite en Tunisie en 2013.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.