Cet article date de plus d'onze ans.

Le Nouveau centre (NC) menace l'UMP de reprendre son autonomie dans les régions en cas de non respect des engagements

La mise en garde est venue de Jean-Christophe Lagarde, président exécutif du NC.Citant Nicolas Sarkozy : "chacun des partenaires de la majorité devaient être respecté", M. Lagarde a lancé "Nous sommes dans la même logique. Mais il faut, pour être respecté, que les engagements pris soient tenus et dans certaines régions, on est loin du compte".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-christophe Lagarde, président exécutif du parti centriste et Maire de Drancy (Seine-Saint-Denis) (France 3 IDF)

La mise en garde est venue de Jean-Christophe Lagarde, président exécutif du NC.

Citant Nicolas Sarkozy : "chacun des partenaires de la majorité devaient être respecté", M. Lagarde a lancé "Nous sommes dans la même logique. Mais il faut, pour être respecté, que les engagements pris soient tenus et dans certaines régions, on est loin du compte".

Nous allons être amenés à en tirer les conséquences", a-t-il poursuivi après une réunion du parti, présidé par le ministre de la Défense Hervé Morin. "Un bureau exécutif se réunira samedi pour prendre des décisions à ce sujet" a-t-il conclu.

Une menace qui ne peut laisser indifférent à droite alors que les régionales de mars s'annoncent difficiles pour la majorité, déjà fortement irritée par la demande de commission d'enquête parlementaire du NC sur la campagne de vaccination contre la grippe H1N1.

La réponse à la menace n'a pas pas tardé. Mercredi, le Premier ministre François Fillon a déclaré : "Je demande à chacun de réfléchir à deux fois avant de prendre des positions à la veille de ce rendez vous électoral qui seraient de nature à diviser la majorité présidentielle", a martelé mercredi le Premier ministre François Fillon.

L'accord initial mis à mal
Le 24 novembre, un accord conclu entre les deux partis prévoyait de présenter des listes uniques dans tous les départements et régions de France, dès le premier tour des régionales et d'accorder au NC un minimum de deux têtes de liste régionales, 15 de départements métropolitains et entre 20 et 25% de candidats en position éligible.

Restait en négociation le principe d'une troisième tête de liste régionale, avec Patrick Gob en Guadeloupe, et de deux autres têtes départementales.

"Après deux mois et demi de discussions, nous avons obtenu les deux têtes de liste régionales (la secrétaire d'Etat Valérie Létard en Nord-Pas-de-Calais et le chef de file des députés NC François Sauvadet en Bourgogne), les 15 départementales mais pour le reste, le quota des 20% est loin d'être respecté", a commenté Jean-Christophe Lagarde ajoutant, "Là où il n'y aura pas de candidat Nouveau Centre en position éligible, il n'y aura pas de soutien de notre part à la liste UMP".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.