Cet article date de plus de neuf ans.

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, se pose en rassembleur pour 2012

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a appelé le candidat du MoDem à la présidentielle, François Bayrou, celui du Nouveau centre, Hervé Morin et Dominique de Villepin de République solidaire, au rassemblement derrière Nicolas Sarkozy pour 2012.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le ministre du Travail, Xavier Bertrand. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a appelé le candidat du MoDem à la présidentielle, François Bayrou, celui du Nouveau centre, Hervé Morin et Dominique de Villepin de République solidaire, au rassemblement derrière Nicolas Sarkozy pour 2012.

Martelant qu'il fallait "le maximum d'unité" derrière le président, "quand il sera candidat", le ministre du Travail, Xavier Bertrand, invité dimanche 27 novembre du RTL-LCI-Le Figaro, a souligné que l'on n'était "pas dans une élection présidentielle comme les autres", du fait de la "crise sans précédent".

A propos de l'ancien premier ministre Dominique de Villepin, qui n'étrille plus le chef de l'Etat et a même des mots aimables à son endroit, M. Bertrand a déclaré : "C'est "une voix qui compte" précisant qu'il y avait chez le fondateur de République solidaire "une culture du rassemblement et de l'intérêt national". M. de Villepin a fait savoir qu'il dirait à la mi-décembre s'il est candidat ou non à la présidentielle.

Le ton de M. Bayrou a changé

Concernant le président du MoDem François Bayrou, qui lui a confirmé sa candidature jeudi soir, M. Bertrand a souhaité qu'il "ne se trompe plus d'adversaire". En 2007, entre les deux tours du scrutin présidentiel, M. Bayrou, arrivé en 3e position, avait déclaré qu'il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy. M. Bertrand a relevé que, si M. Bayrou avait "par le passé beaucoup critiqué" le chef de l'Etat, "le ton" avait "changé".

S'agissant de la candidature du président du Nouveau centre, Hervé Morin, l'ancien secrétaire général de l'UMP a lancé : "Déclarer sa candidature est une chose, aller jusqu'au bout en est une autre". Il a relevé que M. Morin n'a "pas rassemblé toute sa famille politique" et que, dans ces conditions, "c'est quand même compliqué de convaincre".

Interrogé sur le fait qu'il puisse ou non y avoir "l'union nationale" comme le plaident MM. Bayrou et Villepin, l'ancien secrétaire général de l'UMP a répondu qu'il faudrait pour cela "des forces politiques responsables".

"Il faut une règle d'or entre nous"

A propos du futur duel entre François Fillon et Rachida Dati aux législatives à Paris, M. Bertrand a lancé à l'adresse du premier ministre : "Il faut qu'il la voie. Il faut qu'il utilise l'énergie de Rachida Dati contre nos adversaires politiques. On ne peut pas se permettre de s'attaquer entre nous (…) Il faut une règle d'or entre nous."

"C'est la responsabilité du secrétaire général" Jean-François Copé de mettre bon ordre à ce différend, a-t-il conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.