"Le débat socialiste, c'est Masterchef avec des produits périmés"

Plusieurs membres du parti majoritaire ont réagi mercredi soir au 2e débat de la primaire socialiste en mettant en cause de "vieilles recettes"

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy lors d\'un sommet européen en 2011
Angela Merkel et Nicolas Sarkozy lors d'un sommet européen en 2011 (JEAN-PAUL PELISSIER / POOL / AFP)

Plusieurs membres du parti majoritaire ont réagi mercredi soir au 2e débat de la primaire socialiste en mettant en cause de "vieilles recettes"

. Le secrétaire d'Etat en charge du logement Benoist Apparu par communiqué: "Le débat socialiste, c'est Masterchef mais avec des vieilles recettes et des produits périmés".

. Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, par communiqué: Le deuxième débat socialiste "a oscillé entre populisme, incohérences et mensonges. La vérité est que les propositions socialistes accroîtront les déficits publics et pèseront lourdement sur nos entreprises et les ménages français, notamment les millions de salariés qui bénéficient de la défiscalisation des heures supplémentaires et qui, demain, verront leur pouvoir d'achat amputé".

"La vérité est que les propositions socialistes sont de vieilles recettes du passé qui n'ont aucun sens dans un pays ouvert, exportateur et engagé dans la compétition européenne et mondiale".

. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, par communiqué :
"Beaucoup de critiques, beaucoup de vieux poncifs, beaucoup de voeux pieux, beaucoup de promesses de lendemains qui chantent mais jamais de mode d'emploi, jamais de financement." "Dans la course aux promesses les plus démagogiques et les plus irréalisables, un cap nouveau a été franchi avec les propositions tous azimuts de nationaliser les banques, d'interdire les licenciements et de bloquer les prix".

. Le député UMP Lionel Tardy, lui, a choisi d'attaquer sur le favori des sondages François Hollande : "Si on a une présidence normale, plus de problèmes de corruption des élus pour François Hollande ! Un vrai bisounours!"