Le chef des députés socialistes a annoncé jeudi qu'il allait porter plainte en diffamation contre l'UMP

"J'ai donné consigne de poursuivre en diffamation l'UMP et tous ceux qui reprendraient à leur compte ces accusations selon lesquelles il y aurait un fichier [recensant ses opposants près de Nantes]", a déclaré Jean-Marc Ayrault à l'AFP.Jean-François Copé a révélé mercredi un document pour affirmer qu'un tel fichier avait été formé en 2008.

Jean-Marc Ayrault prend la parole à l\'Assemblée, le 12 octobre 2010
Jean-Marc Ayrault prend la parole à l'Assemblée, le 12 octobre 2010 (AFP - Pierre Verdy)
"J'ai donné consigne de poursuivre en diffamation l'UMP et tous ceux qui reprendraient à leur compte ces accusations selon lesquelles il y aurait un fichier [recensant ses opposants près de Nantes]", a déclaré Jean-Marc Ayrault à l'AFP.

Jean-François Copé a révélé mercredi un document pour affirmer qu'un tel fichier avait été formé en 2008.

Dans la foulée, le secrétaire général de l'UMP, bien décidé à faire capoter la primaire socialiste, a lancé un tract avec pour slogan "primaires du PS = fichage politique".


"Le rôle d'un parti, ce n'est pas toujours de faire dans la colossale finesse", s'est justifié le patron de l'UMP.

"Politiquement, c'est un procédé pitoyable qui discrédite ceux qui le pratiquent", a déclaré Jean-Marc Ayrault. "On sait que le candidat de l'UMP sera désigné par lui-même. Les socialistes ont décidé, eux, de donner aux Français qui le souhaitent, la possibilité de choisir le candidat du Parti socialiste, a-t-il poursuivi.

Ces tracts sont "évidemment diffamatoires, car ils portent atteinte à l'honneur et à la considération de toute une famille politique", a déclaré l'avocat Jean-Pierre Mignard, membre de la Haute autorité chargée de veiller au bon déroulement du scrutin destiné à désigner le candidat socialiste pour 2012.

Il y a, selon lui, de la part de l'UMP "une intention malveillante fondée sur des mobiles discriminatoires".

La veille, Jean-Marc Ayrault avait déclaré au Figaro que la campagne de l'UMP était "indigne". "Je n'ai jamais constitué de fichiers politiques!", a-t-il affirmé au quotidien.

Le Figaro rapporte que dans une lettre datée de 2007, Jean-Marc Ayrault avait demandé aux militants nantais de recenser différents aspects de la vie locale pour, écrit-il, "enrichir la connaissance collective et individuelle que nous avons de Nantes". Le problème n'est pas là, selon Jean-François Copé mais dans le document joint à cette lettre : une fiche qui "peut servir de support", écrit le maire de Nantes. Cette fiche présente une case qui invite à signaler "la présence de relais connus ou d'opposants notoires à la municipalité".

Intense campagne de l'UMP contre la primaire socialiste
Après avoir saisi le Conseil constitutionnel et la , dénonçant le fichage par le PS des électeurs socialistes, le secrétaire général de l'UMP a révélé mercredi une lettre du maire de Nantes dans laquelle il demanderait de recenser les "opposants notoires à la municipalité".

Il n'en fallait pas davantage à Jean-François Copé pour étayer son argumentaire à l'encontre de la primaire socialiste qui pose, selon lui, un . Et dans ce travail de sape de la primaire PS, M. Copé a été épaulé mercredi par le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, qui a proposé à l'Assemblée nationale la tenue du scrutin "sous contrôle d'huissier" avec une destruction des listes d'émargement "dès la cloture" des votes.