Cet article date de plus de deux ans.

Un député LREM proche de Macron visé par une enquête pour avoir cumulé les indemnités de ses différents mandats

Jean-Jacques Bridey, président de la commission de la Défense à l’Assemblée nationale, est visé par une enquête préliminaire pour concussion, selon une information de Mediapart confirmée par franceinfo.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Jacques Bridey, député de La République en Marche, à l'Assemblée nationale, le 29 mai 2018. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Le député LREM Jean-Jacques Bridey, président de la commission de la Défense à l’Assemblée nationale, est visé par une enquête préliminaire pour concussion, rapporte une source judiciaire à franceinfo, confirmant une information de Mediapart. L’élu, soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, est soupçonné d’avoir indûment touché 100 000 euros, en cumulant les indemnités de ses différents mandats (député, maire et président d’agglomération) au-delà des plafonds autorisés par la loi, précise le site d'information.

Avant la fin du cumul des mandats, en vigueur depuis 2017, les députés n'avaient pas le droit de toucher plus de 8 231 euros brut par mois, soit 1,5 fois leur indemnité de base de parlementaire. L'enquête porte spécifiquement sur trois années (2013, 2014 et 2015), pendant lesquelles le parlementaire cumulait les fonctions de maire de Fresnes (Val-de-Marne), de président de la communauté d’agglomération du Val de Bièvre (d’avril 2014 à décembre 2015) et de député. A l'Assemblée, Jean-Jacques Bridey siégeait alors avec le groupe PS. 

L'enquête, ouverte après un signalement de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), précise la source judiciaire à franceinfo. Interrogé par Mediapart, Jean-Jacques Bridey exprime sa "surprise" face à l’ouverture d’une enquête judiciaire. Il rappelle qu'il est du rôle des collectivités de faire en sorte que les indemnités ne dépassent pas le plafond et pense savoir que cela a été fait dans son cas. Il n’a pas encore été entendu par les enquêteurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.