Un ancien policier devenu député veut que l'affaire Oussekine soit "oubliée"

Le député LREM Jean-Michel Fauvergue estime que la mort de Malik Oussekine, tué par des policiers en 1986, empêche les stratégies de maintien de l'ordre d'être efficaces. Il demande qu'on oublie cette affaire.

FRANCEINFO

Jean-Michel Fauvergue, député LREM et ancien patron du Raid, a affirmé sur France 5 que les policiers n'allaient pas au contact des manifestants à Paris à cause de l'affaire Malik Oussekine. Il a répété plusieurs fois qu'il fallait l'oublier, ce qui a beaucoup choqué les personnalités politiques de gauche, comme Olivier Besancenot, membre du NPA : "C'est terrible. C'est une phrase violente, honteuse".

Crainte du retour des "voltigeurs"

L'affaire Malik Oussekine date du 5 décembre 1986. En marge d'une manifestation étudiante à Paris, Malik Oussekine, un homme pacifique de 22 ans, est battu à mort par des policiers. Ceux-ci faisaient partie des "voltigeurs". Après cette mort, ce peloton motocycliste équipé de longues matraques en bois est supprimé. Et leur retour n'est pas à l'ordre du jour, a tenu à rassurer le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Retrouvez les vidéos de Lisa Beaujour sur sa chaîne YouTube

Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du Raid et député de Seine-et-Marne, à Bussy-Saint-Georges, le 10 mai 2017.
Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du Raid et député de Seine-et-Marne, à Bussy-Saint-Georges, le 10 mai 2017. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)