VIDEO. "Il faut oublier l’affaire Malik Oussekine" : la phrase de ce député LREM fait réagir sur les réseaux sociaux

Jean-Michel Fauvergue était interrogé sur les interventions policières lors des manifestations.

Jean-Michel Fauvergue siège à l\'Assemblée nationale à Paris, le 28 novembre 2018.
Jean-Michel Fauvergue siège à l'Assemblée nationale à Paris, le 28 novembre 2018. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

La prise de parole est très mal reçue. Invité de l'émission "C à vous" mardi 30 avril, l'ex-patron du RAID et député La République en marche Jean-Michel Fauvergue s'est exprimé sur la gestion des manifestations par les forces de l'ordre. Evoquant son expérience, il a déclaré : "Sur des maintiens de l'ordre conséquents, je n'avais pas beaucoup de renfort. (...) On était obligés de bouger beaucoup, d'aller au contact. Depuis très longtemps, en province on va au contact. Paris commence à faire de la même manière", a-t-il commencé.

"Paris a été empêchée de ça par l'affaire Malik Oussekine. Il faut l'oublier maintenant, il faut oublier cette affaire Malik Oussekine", a-t-il ensuite répété, en référence à ce jeune homme tué en 1986 par des policiers en marge d'une manifestation contre la loi Devaquet sur la réforme des universités.

"L'oublier c'est trahir la dure mission qui vous est confiée"

Sur Twitter, ces dernières phrases ont fait réagir. "Voilà pourquoi, La République en marche, on ne peut plus avoir confiance dans votre conception du monde", a écrit le chef de file du PS, Olivier Faure.

 "Chaque policier et gendarme, même dans des conditions difficiles, doit garder en mémoire la scandaleuse mort de Malik Oussekine", a commenté Alexis Corbière, député de la France insoumise.

Benoît Hamon, ancien candidat du PS à la présidentielle de 2017, condamne "une défaite morale et politique totale".

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, a rappelé qu'une plaque commémorative a été inaugurée, le 5 mars, dans l'amphithéâtre Malik Ossekine, à l'université Rennes 2, pour ne pas oublier.

"C'est une honte"

"Nous sommes quelques uns qui n’oublierons ni la mort de Malik Oussekine, ni les propos de Jean-Michel Fauvergue", a commenté un journaliste. "Oublier l'affaire Malik Oussekine ne me dit rien de bon qui vaille pour la sécurité des manifestants", ajoute un internaute. "C'est une honte", juge encore un avocat.