Municipales : LREM peine à recruter des candidates, Marlène Schiappa appelle les femmes à s'engager

La secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes estime que "la République a besoin d'elles". 

Marlène Schiappa, secrétaire d\'Etat à l\'égalité entre les femmes et les hommes, à l\'Assemblée Nationale, le 9 juillet 2019.
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes, à l'Assemblée Nationale, le 9 juillet 2019. (MARTIN BUREAU / AFP)

L'objectif de parité est difficile à atteindre pour La République en marche. La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a appelé vendredi 26 juillet les femmes à "s'engager" pour les élections municipales de 2020. En cause, les difficultés de La République en marche à investir 50% de femmes. "Je voudrais lancer un appel (...) pour dire à toutes les femmes qui nous écoutent que la République, c'est elles, et la République a besoin d'elles, a déclaré la secrétaire d'Etat sur BMFTV/RMC. Il faut qu'il y ait davantage de femmes qui soient maires." Actuellement, seuls 16% des maires sont des femmes.

Le parti de la majorité a investi des femmes sur des "villes importantes, à Lille, à Rennes, dans beaucoup d'autres villes mais ce n'est pas suffisant", estime Marlène Schiappa, pessimiste quant à l'atteinte de la parité. "On n'investira pas 50% de femmes parce qu'on n'a pas les candidatures de femmes", déplore-t-elle.  

"Vous êtes capables d'être maires ! " 

La secrétaire d'Etat regrette que "l'immense majorité" de ceux qui prennent les décisions "importantes", du "quotidien" sur les écoles, "sur les modes de garde, sur les crèches" soient "des hommes". Elle revient aussi sur les difficultés rencontrés lors du recrutement : "Quand vous dites à une femme 'pourquoi t'es pas candidate ?', elle va commencer par vous expliquer longuement pourquoi elle ne sera pas capable d'être candidate et pourquoi elle ne sera pas capable d'être maire. Ca suffit, vous êtes capables d'être maires !"

Un "dispositif de mentorat" sera mis en place à la rentrée, avaient annoncé la secrétaire d'Etat et le délégué général LREM Stanislas Guerini dans une tribune publiée début juillet dans Le Parisien