"Je mange pas mal de pâtes" : la petite phrase d'une députée LREM sur ses revenus passe mal

Dans "L'Opinion", une députée LREM a évoqué la baisse de ses revenus depuis son entrée au Palais-Bourbon.

Les députés siègent pour une séance de questions au gouvernement, le 12 décembre 2017 à Paris.
Les députés siègent pour une séance de questions au gouvernement, le 12 décembre 2017 à Paris. (STÉPHANE ROUPPERT / CITIZENSIDE / AFP)

Elle explique avoir réduit son train de vie. Une députée de La République en marche venue du privé s'est confiée à L'Opinion (article payant), de manière anonyme, sur la baisse de son salaire depuis son entrée dans l'Hémicycle. "Je vais moins souvent au restaurant, je mange pas mal de pâtes. J’ai ressorti des vêtements de la cave et je vais devoir déménager", raconte-t-elle dans le journal du mercredi 13 décembre. L'Opinion précise que cette députée est passée d'un salaire de 8 000 euros par mois en tant que cheffe d’entreprise à 5 372 euros dans le cadre de ses indemnités de frais de mandat. "Pour certains, la question de tenir jusqu’au bout va se poser", continue-t-elle.

Indignation de députés sur Twitter

Après leur publication, ces phrases ont rapidement fait réagir sur les réseaux sociaux. "Et l'on s'étonne qu'ils votent des lois pour les riches...", commente Clémentine Autain. "Aussi indécent qu'hallucinant", ajoute cette députée de La France insoumise. "Qu'on les mette au Smic désindexé pour voir !", surenchérit François Ruffin (FI). De son côté, Eric Coquerel (FI) compare la situation à la publicité pour la marque Bordeau Chesnel, avec son slogan "Nous n'avons pas les mêmes valeurs".