Cet article date de plus d'onze ans.

La liste UMP du député Camille de Rocca Serra (20,76 %) est battue par celle de son rival PRG Paul Giacobbi (23,28 %)

Dans l'unique région de droite avec l'Alsace, le parti majoritaire est talonné par la liste nationaliste modérée Femu a Corsica (17,09 %).La liste du député PRG Paul Giacobbi (également président du conseil général de Haute-Corse), soutenue par le PS, pourrait conduire une liste unique au 2e tour.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Paul Giaccobi, s'apprêtant à voter le 14 mars: le futur président de l'Assemblée territoriale ? (AFP - Stéphan AGOSTINI)

Dans l'unique région de droite avec l'Alsace, le parti majoritaire est talonné par la liste nationaliste modérée Femu a Corsica (17,09 %).

La liste du député PRG Paul Giacobbi (également président du conseil général de Haute-Corse), soutenue par le PS, pourrait conduire une liste unique au 2e tour.

Le chef de file du Front de gauche (10,02 %), le communiste Dominique Bucchini, a déclaré être prêt à des pourparlers.

Le scrutin de dimanche prochain semble nettement favorable à l'opposition : avec la liste du maire social-démocrate d'Ajaccio, Simon Renucci (6,64%), elle totalise 40,64 %. En 2004, la gauche, majoritaire en voix, n'avait pas réussi à s'entendre. Ce qui avait permis à la droite de conserver l'exécutif.

A noter: l'échec du maire de Bastia, Emile Zuccarelli, soutenu par le PRG, avec 8,05 % des suffrages.

Six des 11 listes engagées ont dépassé la barre des 7 % à franchir pour accéder au second tour.

Camille de Rocca-Serra dispose de peu de réserves de voix pour le 2e tour. L'échec du tête de liste UMP est d'autant plus patent qu'il a été battu dans son fief de Porto Vecchio par Femu a Corsica. Il a d'ailleurs reconnu qu'un "signal fort avait été envoyé" à son camp et qu'une "période nouvelle s'ouvrait peut-être pour la Corse". Pour les analystes, l'usure de la droite, après 26 ans de pouvoir, a pesé dans le résultat du scrutin.

De son côté, le camp nationaliste réalise un score historique, avec 25,54 % des voix: en 2004, les deux listes engagées n'avaient obtenu que 15 % des suffrages. Rappelons que la liste Femu a Corsica obtient 18,40 % des voix, tandis que la seconde liste nationaliste, celle du parti indépendantiste Corsica Libera de Jean-Guy Talamoni, fait 9,36 %.

Avec 63,48 % de votants, l'île de Beauté a confirmé son traditionnel engagement civique pour les élections: ce taux est en effet sensiblement supérieur à celui du continent.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.