Essonne : onze candidats pour succéder à Manuel Valls comme député

Les deux favoris sont le maire d'Evry, Francis Chouat, proche de Manuel Valls, et Farida Amrani, candidate La France insoumise (LFI) battue sur le fil par l'ancien Premier ministre en juin 2017.

Manuel Valls, le 2 octobre 2018 à l\'Assemblée nationale, à Paris.
Manuel Valls, le 2 octobre 2018 à l'Assemblée nationale, à Paris. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Qui succèdera à Manuel Valls à l'Assemblée nationale ? Onze candidats brigueront, les 18 et 25 novembre, le siège laissé vacant par l'ex-député de l'Essonne, qui a démissionné pour se lancer dans la course à la mairie de Barcelone. Ils avaient jusqu'au vendredi 26 octobre pour déposer leur candidature auprès de la préfecture de l'Essonne, qui a publié la liste des noms sur son site internet.

Les deux favoris sont le maire d'Evry et proche de Manuel Valls, Francis Chouat, et Farida Amrani, candidate La France insoumise (LFI) battue sur le fil par l'ancien Premier ministre en juin 2017. Le précédent scrutin s'était déroulé dans une ambiance extrêmement tendue, Manuel Valls l'emportant avec seulement 139 voix d'avance sur Farida Amrani (soit 50,30% contre 49,70%), qui avait porté plainte pour fraude. La plainte avait finalement été classée sans suite.

La gauche en ordre dispersé

Francis Chouat, ex-PS qui avait soutenu Emmanuel Macron dès le premier tour à la présidentielle, se présente sans étiquette mais avec le soutien de la majorité LREM. Après des semaines de discussion, les autres partis de gauche n'ont finalement pas réussi à s'entendre sur une candidate commune et présenteront deux candidats : le communiste Michel Nouaille pour le PCF et Génération(s), et l'écologiste Eva Sas pour le PS et Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

Du côté des Républicains, l'adjoint au maire de Corbeil-Essonnes Jean-François Bayle sera candidat, sans le soutien toutefois de son maire Jean-Pierre Bechter, qui s'est mis en retrait de son parti pour soutenir Francis Chouat et faire barrage à la candidate LFI.

Manuel Valls, qui a officialisé le 25 septembre sa candidature aux municipales de mai prochain à Barcelone, avait remis le 2 octobre sa lettre de démission au président de l'Assemblée Richard Ferrand. Il s'était présenté sous l'étiquette divers gauche dans cette circonscription et avait ensuite rejoint le groupe LREM à l'Assemblée.