La direction du PS estime que les camarades de Frêche "se sont mis eux-mêmes en dehors du parti"

François Lamy, proche de la première secrétaire Martine Aubry, et auteur de cette annonce, a chiffré à 59 "ces camarades" exclus.Il a ajouté que dans "23 départements il y avait des candidats qui avaient décidé d'être sur des listes d'autres formations politiques qui n'ont pas été ratifiés par les instances du parti".

Gérard Collomb (gauche) et Georges Frêche (droite) 23/02/10
Gérard Collomb (gauche) et Georges Frêche (droite) 23/02/10 (France 3)

François Lamy, proche de la première secrétaire Martine Aubry, et auteur de cette annonce, a chiffré à 59 "ces camarades" exclus.

Il a ajouté que dans "23 départements il y avait des candidats qui avaient décidé d'être sur des listes d'autres formations politiques qui n'ont pas été ratifiés par les instances du parti".

"Dès lors, a poursuivi M. Lamy, pour l'ensemble de ces camarades - de l'ordre de plusieurs dizaines mais moins d'une centaine-, il y a l'application stricte de nos règles et nos statuts", c'est-à-dire la mise hors du parti.

Pour tenter de panser les plaies, au cours de la réunion, Martine Aubry a proposé la création "après les régionales" d'"une mission regroupant l'ensemble des sensibilités du PS", dont l'objectif sera de "permettre de retrouver le chemin du dialogue, de la réconciliation et de la rénovation dans l'ensemble du Languedoc-Roussillon".

Collomb à Montpellier pour soutenir Frêche
"Comme ce sont des amis qui ont milité pour le PS dans cette région, je viens aujourd'hui leur témoigner mon amitié", a notamment déclaré le sénateur-maire de Lyon. "Georges Frêche a construit une ville extraordinaire, c'est quelqu'un qui est proche des habitants et je crois qu'il faut écouter un peu la proximité", a poursuivi Gérard Collomb.

"On ne s'est pas aperçu au PS entre décembre et février que Georges Frêche était Georges Frêche, un peu provocateur", s'est-il par ailleurs étonné.

"J'ai été extrêmement étonné qu'on accuse Georges Frêche d'antisémitisme. Moi je l'ai connu en Israël, il était venu montrer son soutien à l'Etat d'Israël et donc Georges Frêche est tout sauf antisémite", a réagi Gérard Collomb.

Après ses propos sur la "tronche pas catholique" de Laurent Fabius, le bureau national du PS a décidé d'investir fin janvier la maire de Montpellier, Hélène Mandroux, face à lui.

Le Parti socialiste avait dans un premier temps laissé le président sortant de Languedoc-Roussillon, exclu du parti en 2007 et qui se présente sous l'étiquette divers-gauche, mener la campagne régionale.