L'UMP dévoilera les listes complètes de ses candidats aux élections régionales le 30 janvier lors d'une grande réunion

Le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre a promis un "profond renouvellement et une large place à la diversité" pour ces listes, dont la définition revient à la commission d'investiture, qui doit se réunir du 11 au 25 janvier."La majorité est au travail et pleinement mobilisée pour les régionales", a-t-il assuré.

(France 2)
Le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre a promis un "profond renouvellement et une large place à la diversité" pour ces listes, dont la définition revient à la commission d'investiture, qui doit se réunir du 11 au 25 janvier.

"La majorité est au travail et pleinement mobilisée pour les régionales", a-t-il assuré.

"Nous ne nous préoccupons pas des attaques basses et injustes qui sont l'apanage de nos opposants", a-t-il ajouté.

La réunion, qui se tiendra à la Porte de Versailles, permettra également à l'ensemble des têtes de listes de l'UMP ou de son partenaire centriste du Nouvean Centre de présenter "leurs engagements de campagne", région par région, a précisé Frédéric Lefebvre.

La participation de Nicolas Sarkozy en question
Interrogé sur la participation de Nicolas Sarkozy, le porte-parole de l'UMP a répondu que le déroulement de la réunion n'avait pas encore été décidé.

Selon lui, l'action du chef de l'Etat est "un atout" pour les candidats de la majorité présidentielle, face à "l'immobilisme" de la gauche qui contrôle 20 des 22 régions métropolitaines.

"C'est une force, une chance que d'avoir le bilan des deux ans et demi de Nicolas Sarkozy pour chacun de nos candidats, car c'est la preuve que nous voulons pour les régions comme pour le pays de bouger, réformer et respecter nos engagements", a estimé M. Lefebvre.

Il a également relativisé l'"impopularité" du locataire de l'Elysée, dont le niveau de bonnes opinions a atteint son plus faible niveau à la mi-mandat.

"Quand vous avez une crise comme celle que nous vivons et que vous comparez la situation en termes de sondage du président de la République avec ses homologues à l'étranger ou avec ses précédesseurs dans notre pays, honnêtement, il y a plutôt de quoi se rassurer", a-t-il dit.