Cet article date de plus de dix ans.

L'"Altergouvernement" tient son premier conseil des ministres

Dans les locaux de Droit au Logement se tenait vendredi soir le premier Conseil des ministres de l'"Altergouvernement". "Altergouvernement"? Un livre de propositions de "18 ministres citoyens" qui veulent "une réelle alternative citoyenne".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Monique Pinçon-Charlot "ministre de la Réforme d'Etat" de l'"Altergouvernement" (DR)

Dans les locaux de Droit au Logement se tenait vendredi soir le premier Conseil des ministres de l'"Altergouvernement". "Altergouvernement"? Un livre de propositions de "18 ministres citoyens" qui veulent "une réelle alternative citoyenne".

A deux pas de la Gare de Lyon, bondée en ce début de vacances scolaires parisiennes, se déroulait vendredi soir 17 février, dans les locaux de "Droit au logement" (DAL), le premier "conseil des ministres" de l'"l'Altergouvernement".

"Conseil des ministres" pour rire, sans président ni premier ministre, mais vrai lancement d'un livre-plaidoyer "pour une réelle alternative citoyenne", signé de "18 ministres citoyens", dont onze présents.

Parmi eux, Susan George, présidente d'honneur d'Attac, Jean-Baptise Eyraud, le médiatique porte-parole du DAL ou encore le couple de sociologues, Monique et Michel Pinçon-Charlot, auteurs du" Président des riches". best-seller sur le quinquennat Sarkozy,

Leurs mesures ? A l'opposé de celles prises ces cinq dernières années (et même les précédentes). Encadrement, voire baisse des loyers, création d'un revenu maximal acceptable, fin des dépassements d'honoraires, arrêts des fermetures d'hopitaux et des ouvertures de prison...

Rendre le vote obligatoire

Leurs mots d'ordre ? Décroissance, écologie, justice, logement et santé accessibles à tous. Mais aussi le renforcement d'une démocratie malmenée par une abstention croissante.

Monique Pinçon, toujours flamboyante : "Il faut rendre le vote obligatoire. ce serait une sacrée gifle pour notre soi-disant démocratie. Si on reste dans un régime censitaire avec zéro ouvrier, zéro employé à l'Assemblée nationale, alors qu'ils forment la majorité de la population, vous avez compris que ce sont les patrons qui font les lois pour défendre leurs intérêts, qu'ils soient de droite ou de gauche".

La sociologue, qui soutient le Front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle, poursuit son raisonnement : "Car le premier parti de France, ce sont les abstentionnistes : 79% des ouvriers n'ont pas voté aux régionales de 2010."

Faire rentrer la diversité sociale au Parlement

Ses solutions ? "On abolit le cumul des mandats. On crée un statut de l'élu. On rend le vote obligatoire pour casser l'abstention !" Objectif ? "Le passage d'une démocratie représentative à une démocratie réellement participative". Faire rentrer enfin la diversité sociale - et les femmes- au Parlement.

Une idée qui a le mérite de ne rien coûter, en ces temps de disette proclamée pour les budgets publics. Il y en a d'autres, qui furent exposées vendredi soir, à retrouver dans cet ouvrage illustré par d'hilarants dessins signés Rodolphe Urbs.

"Altergouvernement, 18 ministres citoyens pour une réelle alternative".
Paul Ariès, Geneviève Azam, Marc Dufumier, Marie Duru-Bellot, Claude Egullion, Jean-Baptise Eyraud, Susan George, Jean-Marie Harribey, Franck Lepage, Philippe Leymarie, Laurent Mucchielli, Aline Pailler, Nathalie Péré-Marzano, Fabien Piasecki,Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Clarisse Taron, Jacques Testart. Annexes : Gérard Da SIlva. Dessins : Rodolphe Urbs.
(Le Muscadier, 14 euros).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.