Jean-Marie Le Pen menacé par son propre parti

Après ses dernières déclarations polémiques dans le journal Rivarol le 8 avril, le fondateur du FN se retrouve fortement critiqué par son clan, et pourrait même être poussé vers la sortie.

FRANCE 3

Il ne pourra pas se présenter comme tête de liste aux prochaines élections régionales dans le Paca. C'est la décision prise par Marine Le Pen après la publication des propos de son père dans le journal Rivarol, sur le maréchal Pétain, la classe politique et l'immigration. La semaine prochaine, un bureau politique va même décider de l'exclusion ou non du président d'honneur du FN.

"Ça me paraît être une idée tellement mirobolante qu'elle contient elle-même le risque d'implosion du Front. Marine Le Pen souhaite ma mort, peut-être, c'est possible. Elle ne doit pas compter sur ma collaboration", a exprimé Jean-Marie Le Pen ce 9 avril sur RTL.

Sa petite-fille pourrait le remplacer

Dans un entretien avec le Figaro, Marine Le Pen montre ainsi une rupture nette avec son père. "Le Front National est le seul outil d'espérance. Personne ne peut l'affaiblir et je ne laisserai personne le faire."
Depuis la prise de fonction de la fille du fondateur en 2011, le FN enregistre ces meilleurs résultats électoraux, et certains élus frontistes affichent déjà une volonté d'avancer sans le président d'honneur du FN. Et dans le Paca, il pourrait même se faire voler la vedette par sa petite-fille.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président d\'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, le 29 mars 2015 à Carpentras (Vaucluse).
Le président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, le 29 mars 2015 à Carpentras (Vaucluse). (BERTRAND LANGLOIS / AFP)