Cet article date de plus de neuf ans.

Jean Lassalle reste optimiste pour François Bayrou et rappelle qu'il reste deux semaines de campagne

Le député MoDem des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle, a estimé, dimanche 27 mai, que "rien n'était absolument joué" pour François Bayrou après la publication dimanche d'un sondage donnant le patron du MoDem battu aux législatives.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean Lassalle (g) et François Bayrou, à l'Assemblée nationale, le 18 janvier 2011. (AFP - Jacques Demarthon)

Le député MoDem des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle, a estimé, dimanche 27 mai, que "rien n'était absolument joué" pour François Bayrou après la publication dimanche d'un sondage donnant le patron du MoDem battu aux législatives.

Fidèle parmi les fidèles, Jean Lassale croit encore aux chances de son ami François Bayrou.

Invité à commenter les études donnant le président du MoDem battu par son adversaire socialiste, Nathalie Chabanne, au second tour des législatives dans la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, M. Lassalle a rappelé qu'il restait deux semaines de campagne.

Outre le sondage Ifop publié par le Journal du Dimanche, une autre enquête d'Opinionway Fiducial donnait elle aussi M. Bayrou vaincu.

Une "indication" dont "il faut tenir compte"

"Il reste quinze jours de campagne (...) Rien n'est absolument joué. Nous ne sommes pas au 10 juin, encore moins au 17", a estimé M. Lassalle, qui brigue un troisième mandat dans la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques.

Il a toutefois reconnu que cette enquête était une "indication" dont "il faut tenir compte" estimant par ailleurs qu'elle était aussi le reflet de la décision du patron du MoDem de dire son choix de voter François Hollande au second tour.

Bayrou : "l'un des rares à avoir fait bouger les lignes"

"Au-delà de la personnalité de François Bayrou, il y a les idées dont il est porteur et, à mon avis, ça va poser un cas de conscience pour les électeurs", a-t-il poursuivi. "Est-ce qu'on laisse tomber définitivement quelqu'un qui anime la vie politique française et qui apporte des idées, l'un des rares à avoir fait bouger les lignes?

"Je crois que (nos électeurs) ne vont pas se priver de trancher positivement ce dilemme", a dit M. Lassalle, se disant "optimiste" pour M. Bayrou comme pour lui-même.

"François a vécu quelques jours difficiles, je l'ai senti, mais je trouve qu'il reprend du poil de la bête", a-t-il encore affirmé, expliquant ne pas sentir "du tout que Bayrou est sur la sortie".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.